Stop aux listes, arrêtons ce stress inutile…!

to do list

La tendance actuelle est aux listes : listes de courses, plannings de repas, d’activités sportives…

On parle aussi beaucoup des « to do list » : on écrit sous forme de listing tout ce que l’on doit faire sur un temps donné. Le nom est nouveau mais ce genre de listes l’est beaucoup moins! Je me souviens avoir commencé à en faire lorsque j’étais étudiante pour programmer mes révisions (lundi : maths, mardi : français…). Etant une fille organisée, qui n’aime pas trop me laisser surprendre et qui suis assez anxieuse, j’ai vite pris goût à ce système.

Une fois que j’ai eu mon concours de professeur des écoles, j’ai continué les listes pour programmer mon boulot (samedi matin : préparer les maths pour les CE1, samedi après-midi : corriger les contrôles d’histoire des CE2…). J’en ai fait aussi pour mes courses alimentaires, voire parfois pour programmer mes repas dans la semaine.

Puis j’ai continué à planifier ma vie petit à petit : liste de ce que ma fille mange, liste de ce que moi je mange, liste de démarches administratives à faire, des films à regarder, des achats divers…

Nous avons synchronisé nos agendas virtuels avec le chéri pour planifier également nos sorties durant les weekends chez les amis, la famille.. Dans le genre « stressé de la vie », il n’est pas mal non plus…

Et les jours où il n’y a rien ? Les jours sans liste ?

Eh bah … Ces jours-là je suis perdue ! C’est d’ailleurs ce qui m’arrive au moment où je vous écris. Et finalement, ce n’est pas désagréable, de temps en temps, de faire des choses spontanément, au dernier moment, à l’improviste… Voire même ne rien faire du tout ! Attention, quand j’écris ça, je ne parle pas des fois où on repasse le linge en regardant notre série préférée! Rien du tout c’est ni le linge, ni la série ! Bon j’avoue que c’est très dur pour moi qui aime la productivité (enfin la mienne et celle du chéri.. J’embête pas encore trop ma fille… ). Mon métier m’a d’ailleurs pas mal « formatée » à ce niveau-là… A l’école, je passe en effet mon temps à regarder l’horloge, à courir après le temps, à planifier le français, l’histoire, l’EPS… , à faire en sorte que tout le programme tienne dans l’année… Argh

J’ai donc décidé de lever le pied sur ces fameuses listes car elles sont plus anxiogènes qu’autre chose. Sans compter que, souvent trop longues, je n’arrive que rarement à aller au bout. S’ensuit donc la classique flagellation « et voilà comme d’hab t’as pas réussi, t’es trop nulle, trop lente, trop molle, les autres font mieux que toi… Bla bla bla ».

Je me rends bien compte que je vais à l’encontre de la tendance actuelle, de la femme et de la maman parfaite mais je pense qu’on peut se faire confiance réellement sans avoir besoin de tout planifier, pour tout, tout le temps. 

Il y a 10 ans, je suis partie travailler quelques mois au Québec (non non je ne m’égare pas…), et je me souviens d’un soir où je n’avais pas fini ma tâche au boulot. Je me suis mise à bosser à fond pour arriver au bout de l’objectif qui m’avait été fixé le matin, quitte à rester tard. Mon chef arrive et me dit « Oh la la, arrête ça tout de suite la française ! Ce qui n’est pas fait aujourd’hui le sera demain! » Une petite phrase de rien du tout mais que je m’oblige à garder en tête les jours où plus rien ne va …

Et vous ? Faites-vous des listes ?