Mon carnet des émotions (astuce diététicienne)

gestion-emotion

Je vous parlais dans cet article de ma rencontre avec une diététicienne aux méthodes différentes.

Il y a quelques temps, lors de mon rdv mensuel, elle m’a fait comprendre que mes émotions guidaient mon alimentation. Que je « mangeais » en quelque sorte ce que je ressentais plutôt que de dire les choses que je voulais, par peur de déplaire, décevoir, blesser les gens.

Elle m’a donc proposé de faire un carnet des émotions. 

Il se présente sous forme d’un tableau à 6 colonnes:

  • Colonne 1 : J’écris la situation qui a généré chez moi une émotion négative (ex: Poupette ne veut pas faire la sieste et fait un cirque dans son lit)
  • Colonne 2 : Ce que je ressens à ce moment et son intensité sur 10 (ex : Je suis fatiguée 9/10, Je suis inquiète pour elle 9/10)
  • Colonne 3 : Ce que mon corps ressent (ex: J’ai un poids sur les épaules, des douleurs et des raideurs dans tout le corps)
  • Colonne 4 : Mes pensées automatiques (ex : je suis une mauvaise mère car je n’arrive pas à l’endormir, je veux souffler !)
  • Colonne 5 : Ce que j’ai envie de faire dans ce moment-là (ex: parler à quelqu’un, faire un tour toute seule)
  • Colonne 6 : Ce que je fais. (Ex : me venger sur les placards, aller faire les boutiques toute seule et laisser Poupette, appeler une copine ou ma mère). C’est uniquement dans la colonne 6 qu’on peut choisir la façon dont on va agir !

Personnellement, tenir ce cahier m’a permis de comprendre que ce que je faisais (dans la colonne 6) ne correspondait finalement pas vraiment à ce que j’avais envie de faire (colonne 5). J’ai tendance à calmer ma fatigue, mes angoisses en grignotant des choses que j’aime. Seulement j’ai compris que manger pour calmer une angoisse, ça ne marche pas, ou seulement un temps. Il faut répondre réellement à ses besoins. Manger 5 tablettes de chocolats ne réduira pas ma fatigue. Si je suis fatiguée je dois dormir. Si j’ai faim, je dois manger. Point barre. 

On peut remplir ce carnet sur le moment même ou bien après avoir vécu la situation. Je ne le fais pas systématiquement, mais de temps en temps, je ressens le besoin d’écrire dedans. Cela me permet d’avoir du recul sur mon comportement alimentaire, et de garder une trace aussi. On décompose ainsi ce qui se passe entre le moment où on se sent mal et celui où on se met à grignoter alors qu’on n’a pas faim. Et on apprend plein de choses sur nous

Si ça vous tente d’essayer de le faire, le voici en accès libre ci-dessous (à imprimer, modifier, enregistrer… Comme vous voulez!). N’hésitez pas à me raconter comment vous vous en servez.

Voici le lien vers le doc Word : carnet des émotions

A très vite ! 🙂

Publicités