Astuces pour survivre au bruit des enfants

Etre parent, c’est découvrir le bruit… beaucoup de bruit!
Je suis enseignante, donc habituée à travailler dans le bruit depuis 12 ans (et encore plus depuis 5 ans que je suis en maternelle).
Et pourtant, je déteste les environnements bruyants. Je fais partie des gens qui ont besoin de calme pour réfléchir correctement, me poser, être zen…

Pour mon boulot, bizarrement, ça ne m’a jamais vraiment dérangée. J’avais les soirs, les weekends et les vacances scolaires pour retrouver mon chez-moi calme et reposant.

Et puis, j’ai eu des enfants.

Ma fille a toujours été d’un tempérament calme, mais mon fils, c’est une autre histoire. Et lorsqu’ils jouent ensemble, on monte d’un cran dans les décibels !

Certes, la maison est joyeuse et « vivante » mais moi je me suis retrouvée vite enfermée dans ce bruit quasi permanent (boulot + maison) sans aucun sas de décompression, sans moment calme.

Ne souhaitant ni changer de travail, ni vendre mes mômes, il a fallu que je trouve des parades pour diminuer le bruit à la maison quand c’est possible, et quand ça ne l’est pas, mieux vivre avec. Je vous donne mes quelques astuces.

  • Profiter à fond des quelques moments calmes

Parce qu’on en a quand même. Si si ! Des petits moments, très courts dans la journée. Par exemple, les trajets en voiture (à condition que les enfants ne crient pas à l’arrière certes), les passages aux toilettes (à condition que les enfants ne rentrent pas avec vous…), la douche  … Tous ces petits moments où nous sommes au calme sont importants. Même s’ils ne durent que quelques minutes. On prend le temps de bien respirer, de se calmer, ne penser à rien. Et on n’attend pas d’avoir 2 h tranquilles devant soi (parce qu’on ne les a pas hein!).

  • Mettre de la musique

Ça fait du bruit, c’est sûr, mais au moins c’est agréable. Et puis les musiques douces ou classiques aident les enfants à se calmer. Les sons de la nature aussi. Ça apaise mes enfants rapidement (et du coup moi aussi).

  • Séparer les enfants lors des jeux

Lorsqu’ils jouent ensemble, c’est rapidement bruyant. Ils rigolent, se chamaillent aussi, parfois s’énervent et crient. Parfois quand c’est trop, leur proposer de jouer chacun de leur côté est une solution efficace pour baisser le son.

  • Faire des activités calmes

Dessin, pâte à modeler, puzzle, lecture d’histoires, peinture, transvasements, enfilage de perles… Cela demande un peu de préparation en amont, et beaucoup de rangement après mais ce sont des activités qui aident à poser les enfants un peu trop énervés.

  • Parler tout bas

Une technique d’enseignant : chuchoter. En classe, je le fais régulièrement lorsque je vois qu’ils ne m’écoutent pas et qu’ils sont bruyants. Ils finissent par s’arrêter et tendre l’oreille pour mieux m’entendre. Je me souviens d’une journée où j’étais totalement aphone, une des journées les plus calmes de ma vie professionnelle ^^.

  • Faire des séances express de yoga/ méditation

Je me suis mise à la méditation il y a presque un an grâce à une application que j’ai installée sur mon téléphone (petit bambou). Je pensais avant que méditation et yoga nécessitaient au moins 1 h par séance (et donc que ce n’était pas pour moi), mais j’ai découvert des petites séances express d’une dizaine de minutes. C’est parfait quand on manque de temps. La méditation m’aide beaucoup au quotidien (je vous en parlais ici). Pour le yoga, n’étant pas une pro, je me suis inspirée de bouquins et de recherches sur internet. J’initie les enfants (les miens et mes élèves) et ça marche vraiment bien. Ils s’apaisent et apprennent à gérer leur respiration tranquillement.

  • La cohérence cardiaque

Une nouveauté conseillée par mon docteur que je n’ai pas encore testée. Il s’agit de réduire le stress en contrôlant sa respiration : Cinq secondes à l’inspiration, cinq seconde à l’expiration, soit six respirations par minute. Cela amène à un état d’équilibre. Et on peut le faire tester à ses enfants. Je vous mets le lien ici de cette pratique apparemment (selon mon médecin) très intéressante pour retrouver le calme.

  • Et quand plus rien ne fonctionne ?

Parfait, malgré tous mes efforts, rien ne fonctionne. Les enfants font toujours autant de bruit et j’ai du mal à le supporter. Ça arrive, on est humains, pas tous les jours en pleine forme et donc plus ou moins sensibles au bruit extérieur.
Si mon conjoint est là, je lui « refile les bébés » et part m’isoler un petit quart d’heure dans un endroit calme. Je bouquine, je médite… Et je reviens affronter le chaos après !

S’il n’est pas là, je sors me balader avec les enfants, on s’aère.

Et dans le cas le plus horrible (conjoint absent, pluie), que je sens que ma patience se réduit dangereusement… et bien, je leur mets un petit dessin animé. J’assume ! Je préfère ça à leur hurler dessus. Il faut savoir accepter ses limites, et se sortir de cette culpabilité de ne pas être une « perfect mum ».

L’essentiel est de garder son calme, sa paix intérieure si l’on veut que la maisonnée le soit aussi (calme). Et je vous l’accorde, c’est loin d’être simple et il y a parfois des ratés (oui oui parfois je crie sur les enfants malgré toute la bienveillance que j’essaie d’avoir!).

Et vous ?
Comment faites-vous pour gérer le bruit que font vos enfants ?
Ou pour vivre avec, en restant zen ?

activités enfants.jpg

Publicités

Et si j’arrêtais de courir après le temps ?

JE N’AI LE TEMPS DE RIEN !!

jon-tyson-771694-unsplash.jpgCe genre de phrases que je sors, bien énervée en fin de journée après avoir couru partout. Ce genre de phrases que beaucoup de parents disent. 

Je râle souvent après le manque de temps. Depuis longtemps d’ailleurs … des années … 
Et pourtant ma vie n’est pas exceptionnellement remplie. J’ai un conjoint (comme beaucoup de monde), 2 enfants (on est loin de la famille nombreuse), un boulot (à 80% pour encore un an), des travaux en cours (mais qui sont bientôt finis) et aucun animal domestique à promener ^^. 

Ma vie n’est donc pas plus speed que celle des autres parents. 

Et pourtant j’ai très souvent la sensation d’avoir moins de temps qu’eux. 
Mais qu’est ce qui crée ça ? Je pense que c’est l’accumulation de plusieurs choses. 

  • Ne pas déléguer. C’est mon cas personnellement. Je ne demande jamais d’aide (sûrement un excès de fierté) alors que parfois j’en aurais bien besoin.

  • Vouloir en faire trop. Un vrai problème chez moi. J’ai fait par exemple moi-même mes 3 gâteaux pour l’anniversaire de mon fils alors que la maison était en chantier car les travaux étaient en cours. Et j’ai du faire tout ça avec les 2 enfants dans les pattes qui se chamaillaient (farine par terre, bataille de spatules… Vous voyez bien hein!). « Mais pourquoi diable n’es-tu pas aller acheter des gateaux à la boulangerie d’à côté ?!! » (j’ai pas de réponse à la question ^^).

  • Surestimer ses capacités. On sait que la journée est courte mais on se met une to-do list longue comme le bras, complètement irréalisable en 24h…

  • Vouloir être sur tous les fronts. être bon au boulot (se renouveler, évoluer), garder la flamme dans le couple, entretenir les amitiés, cuisiner, coudre les vêtements des enfants, leur offrir des sorties de qualité, soigner la déco de la maison… Toutes ces choses qui sont importantes mais qu’on ne peut  décemment pas toutes faire.

  • Comparer. Ah ça, c’est le problème des réseaux sociaux principalement. On a l’impression que c’est tellement mieux ailleurs. Que leur temps est tellement plus optimisé que le nôtre ! 

Et maintenant ?
Comment faire pour inverser la tendance ?
Comment voir les choses de manière positive?
Comment faire pour arrêter de courir après le temps ? 

  • Déléguer ! Forcément, si on laisse d’autres personnes gérer des tâches à notre place eh bah … on en gagne du temps ! Sauf que ce n’est pas toujours simple. Dans notre cas par exemple, personne pour garder les enfants pendant les vacances ou sur un weekend. On n’ose pas non plus demander d’aide à nos amis pour les travaux (et oui ils sont déjà bien occupés de leur côté). Alors on prend les petites aides ponctuelles qui s’offrent à nous, on ne les refuse surtout pas, on met sa fierté de côté et on accepte leurs gentilles propositions (merci maman de me garder les enfants quand j’ai des Rdv médicaux, merci à mon beau-père de soutenir son fils pour les travaux…)

  • Cibler ! Non on ne fera peut-être pas les goûters des enfants home-made mais CE N’EST PAS GRAVE ! Il est plus intéressant de cibler quelques objectifs réalisables plutôt que de partir dans tous les sens, de ne pas réussir à aller au bout des choses et de perdre un temps infini (vous savez, ce temps précieux dont on manque tellement ;-)). On est humains, on se doit d’être bienveillant envers nous-mêmes et nos enfants ne nous en voudront pas s’ils mangent des pompotes au lieu des compotes maison. Acceptons nos limites.

  • Ne pas (trop) regarder ce qui se passe chez les autres. Donc éviter Instagram et Facebook quand on manque de temps. D’une part c’est chronophage  et en plus les bouts de vie partagés par les autres parents sont choisis, sélectionnés et pas toujours représentatifs de la réalité. Evidemment et c’est normal, on préfère montrer son enfant qui mange son granola bio fait-maison et boire son orange pressée dans de la vaisselle en bambou recyclable, plutôt que de le montrer mangeant son Kinder Pingui et son Candyup affalé sur le canapé devant Pat Patrouille… Mais qui vous dit que l’enfant granola en mange tout le temps du granola bio fait-maison hein ??? 
    Et puis la maman granola, elle ne vous montre peut-être pas le reste de la maison qui est en bordel, ni même ses cheveux gras qu’elle n’a pas eu le temps de laver de la semaine. Et elle travaille la maman granola ? Peut-être pas. Et peut-être qu’elle a une aide ménagère? Un jardinier ? Un mari très aidant et très dispo? En fait on ne sait rien d’autre que ce que les gens veulent bien montrer. C’est comme dans la vraie vie d’ailleurs, les gens nous disent bien ce qu’ils veulent, on n’a pas les moyens de vérifier. Alors tout est à prendre avec recul et détachement.

  • Repenser à tout ce qu’on a fait ! Le soir, on se remémore tout ce qu’on a accompli dans sa journée. C’est bien plus agréable et positif que de penser à tout ce qu’on n’a pas eu le temps de faire …

  • Prendre du recul! Ce n’est pas si grave si on n’arrive pas à faire tout ce qui était prévu… Notre temps sur Terre est limité (et ça on l’oublie souvent…) et le monde ne s’en portera pas plus mal si de temps en temps on zappe la douche d’un des enfants ou si on sort un plat tout prêt du congélo. On ne gagnera ni une couronne ni des années de vie supplémentaires à tout faire dans les temps. 

Et vous ? Comment gérez -vous votre temps ? 

 

Maintenir un équilibre

balance-1372677_1280.jpg
Voilà ce après quoi je cours continuellement : l’équilibre.

Et plus encore depuis que j’ai des enfants.

Cet article nous vous donnera pas d’astuce miracle pour y arriver. Tout simplement parce qu’il n’y en a pas (ou en tout cas je n’en ai pas trouvé !) mais également parce que la notion d’équilibre est propre à chacun.

Mon équilibre parfait à moi serait : d’avoir du temps de qualité pour moi déjà, pour mon conjoint, pour mes enfants, travailler avec plaisir en m’enrichissant chaque jour (je suis enseignante en maternelle), profiter de mes amis, rencontrer de nouvelles personnes, me cultiver, voyager, ne pas m’enfermer dans ma petite vie.

C’est ambitieux hein…!
Il y a certaines choses que je ne peux vraiment pas faire pour le moment, comme les voyages. Quand je parle voyage, je ne parle pas des vacances que nous prenons tous les 4 à Pâques et durant l’été dans différents coins de France. Je parle de voyages à l’étranger. Nous attendons que les enfants grandissent un peu pour aller loin. Mais c’est un rêve que nous avons tous les deux (et que ma fille partage aussi, elle rêve de voir en vrai la statue de la Liberté!).

Pour le reste, j’ai l’impression d’être constamment sur un fil. Le moindre petit imprévu me fait tomber par terre, moi et mon équilibre. Alors pour éviter tout ça, j’anticipe, je prévois, je m’organise… Sauf que je suis d’une nature à aimer procrastiner parfois. Et là c’est juste impossible.

  • Si je ne travaille pas assez à la maison, cela se répercute sur les enfants, les journées sont moins préparées, plus floues ce qui n’aide pas les apprentissages en classe. 
  • Si je travaille trop en amont, mon conjoint me reproche de ne pas être assez présente pour la famille. Et mes enfants d’ailleurs, s’en rendent compte. Ils me collent tout le temps, referment mon ordinateur portable (sur mes doigts) alors que je travaille dessus … !
  • Si je passe tout mon temps à m’occuper d’eux, la maison est un vrai chaos, le frigo vide. Je dois donc alterner les moments où je suis pleinement avec eux et les moments où je gère les choses du quotidien (courses, cuisine, ménage…). Ces activités « passionnantes » que je déteste faire mais qui malheureusement sont obligatoires.
  • Si je ne prends pas de moments pour moi, je finis par me sentir mal, fatiguée, déprimée. De même, si nous ne prenons pas de moments en couple, on finit par se disputer pour des broutilles…

Je me creuse la tête souvent pour « répartir » mon temps « intelligemment »… Mais je ne tiens pas toujours sur la durée et je finis par m’en vouloir d’être aussi nulle et désorganisée. Bon sang ! Comment font les autres ?!

Je sais que l’équilibre parfait n’existe pas. En tout cas, pas tous les jours. Il y a des périodes où on a le sentiment que tout nous échappe, où on a presque envie de baisser les bras. Et puis ça passe. Pas évident pour la grande utopique que je suis, qui rêve une vie totalement épanouissante, sur tous les instants de mon existence…   Il faut rester indulgent envers soi déjà, mais aussi envers son conjoint, ses enfants, ses amis, sa famille. Et se dire, si on est dans une mauvaise phase, que ça ne durera pas. Et quand tout va bien, simplement en profiter… !

Offrir du temps de qualité à son conjoint, ses enfants, sa famille, ses amis… Ca ne veut pas dire qu’il faut passer tout son temps avec, mais faire en sorte que ces moments là soient enrichissants pour tout le monde. J’avoue, j’ai quand même encore du mal à me séparer de mes enfants. Un weekend, je tiens, mais une semaine, sûrement pas. Je ne juge pas les mamans louves qui ont besoin d’être H24 avec leurs enfants, ni les mamans qui sont contentes de les déposer chez les grands parents ou la nourrice pour avoir du temps à elle. Je pense vraiment que l’important c’est de s’écouter. Et de ne pas se trahir. Si on a besoin d’être beaucoup avec ses enfants pour ne rien rater, faisons-le ! Et au contraire, si on aime qu’ils aient des moments à eux loin de nous, c’est très bien aussi! 

Je me dis que l’équilibre doit être plus facile à atteindre quand les enfants grandissent et demandent un peu moins de temps à leurs parents (peut-être que je rêve… ^^). 

Et vous, avez-vous trouvé votre équilibre ? 

Je ne suis pas la même maman avec mes 2 enfants

Ma fille a 4 ans, mon fils  10 mois.

Et je peux affirmer avec le petit recul que j’ai maintenant, que je ne suis pas la même mère avec les deux.

Je les aime autant l’un que l’autre bien évidemment. Ils ont des tempéraments bien différents tous les deux (j’en parlais d’ailleurs dans cet article il y a quelques mois).

J’ai une fille et un garçon et je crois que ça contribue à me rendre un peu différente avec l’un et l’autre.

Ma fille est mon premier enfant. J’ai vite senti en elle une sorte de détermination, de force de caractère. C’est une petite fille qui sait ce qu’elle veut, qui s’affirme (bien fort) et qui est du genre perfectionniste et un peu autoritaire. Elle parle très bien, connait plein de trucs, est capable de faire des tas de choses (tout cela étant conditionné par son humeur du jour…). 
Je suis assez exigeante avec elle, peut-être trop. Elle n’est pas bête, je sais qu’elle comprend bien les choses et du coup j’ai du mal à supporter les moments où elle fait semblant de ne pas me comprendre, ou quand elle joue les bébés, ou qu’elle me défie (en mode provoc ado de 15ans…)
Je suis un peu autoritaire avec elle car je sens qu’elle a besoin d’un cadre. Sans ça elle prend un peu le pouvoir dans la maison et y instaure « ses » règles (genre: on mange sur un plateau devant la TV, on vit tout nu, on sort en  robe d’été avec un bonnet et des bottes de pluie…^^).
Et puis je suis affectueuse avec elle depuis toujours, bien qu’elle s’en fiche un peu. Elle n’est pas très câline (sauf quand elle est impressionnée par des gens, ou qu’elle est malade, ou qu’elle est jalouse de son frère). Elle l’est un peu plus que quand elle était bébé. 
Elle a essuyé les plâtres, ma fille. C’est mon premier enfant. J’ai donc cru pouvoir être une mère parfaite en faisant ce qu’on me disait de faire,en regardant chaque jour l’émission de maternelle et en m’abonnant à Parents magazine…^^ N’empêche que j’ai peut-être été trop rigide du coup et trop angoissée à l’idée de mal faire. D’ailleurs c’est une petite fille qui n’aime pas les surprises, qui a besoin de savoir à l’avance les choses. Et ça, je pense que ça vient de moi.
Si c’était à refaire, je me ferais plus confiance dans ma façon de l’élever. Parce que finalement mes intuitions étaient bonnes mais j’avais du mal à m’écouter et à m’affirmer en tant que maman.
Elle a été un bébé mignon, facile. J’ai de supers souvenirs avec elle quand elle était petite. Et je suis fière de la petite-grande fille qu’elle est devenue.

Avec mon fils, tout a été différent. Il m’a vite montré que sans moi il était perdu. Impossible de le laisser bien longtemps hors de mes bras contrairement à ma fille qui réclamait que je la pose dans son transat. Plus collant, plus câlin aussi.
J’ai agi plus « au feeling » avec lui. Je connais les recommandations des pédiatres sur le sommeil, l’alimentation… Mais je prends ce qui m’intéresse et je fais « à ma sauce ».
J’ai l’impression d’être plus cool avec lui. Pour ma fille, je passais beaucoup de temps à lui chercher des supers jouets stimulants. J’essayais de booster sa motricité en lui montrant des gestes. Je lui parlais beaucoup, tout le temps. Je verbalisais tout pour qu’elle s’imprègne des mots. Bref la mère relou quoi !

Mon fils a récupéré les jouets de sa sœur. Je passe moins de temps à jouer avec lui (j’en ai moins out simplement). Par contre il se développe à vitesse grand V, sûrement grâce à son grande sœur qui joue avec lui, lui montre plein de trucs. C’est marrant d’ailleurs leur relation. Je les observe de loin et je trouve ça trop mignon. Je comprends mieux pourquoi les seconds, troisièmes… d’une fratrie captent les choses plus vite. Ils prennent exemple sur les aînés! Par contre, contrairement à sa sœur au même âge, il n’est jamais seul. Elle joue un peu les petites mamans avec lui et a tendance à lui interdire pas mal de choses et à vouloir tout faire à sa place. Il faut surveiller. 
Mon fils, je lui fiche la paix. Et il ne s’en porte pas mal du tout. Je suis là s’il a besoin mais quand il joue tranquillement, je n’interviens pas.

J’essaie avec ma fille d’être aussi cette maman cool que je n’ai peut-être pas été assez lorsqu’elle était petite. Je suis enseignante, mais je m’interdis de faire avec elle des activités de type « apprentissage scolaire ». Sauf si elle me le demande bien sûr. Très peu de Montessori chez nous, pas de cahiers de vacances ou de livrets de graphisme. On discute, on bouge, on cuisine, on regarde des niaiseries à la TV parfois, on joue à la maman, elle me maquille pour de faux, je la coiffe pour de vrai…

Et quand j’arrive à être cette maman-là, cool, drôle et zen avec mes enfants (ce qui est malheureusement loin d’être toujours le cas surtout après plus d’un mois seule avec les deux), et bien je suis fière de moi.

FullSizeRender (1).jpg

Et vous ? Élevez-vous vos enfants de la même façon ? 

Article sélectionné et relayé par le Huffington Post
france

Une journée sans eux…

Mes enfants, je les ai très souvent avec moi. Sauf quand je travaille. 

Le soir je m’en occupe beaucoup seule car leur papa rentre assez tard du travail.
Je passe aussi une grande partie des vacances seule avec eux. 

 Je les amène partout avec moi quand c’est possible. Bien sûr, parfois, ma fille va à la garderie et mon fils fait du rab de nourrice quand j’ai des réunions au boulot, ou des RDV auxquels je ne peux vraiment pas les amener avec moi. Et puis ma maman me dépanne quand j’ai besoin.

Mais je fais très peu garder les enfants si je n’ai pas de « vraie raison ».

Cette semaine, j’ai décidé de les déposer tous les deux une journée entière chez la nourrice. Une journée juste pour moi. 

Je les dépose donc vers 9h et je rentre chez moi. 
Et là, je tourne en rond…
J’ai exactement 8h devant moi, seule, dans ma maison.
Je ne suis pas habituée à ce silence.
Un peu perdue…
Un peu coupable aussi de les laisser alors que je n’avais pas de réel besoin de le faire (si ce n’est être un peu tranquille).
Je vois leurs jouets traîner, la maison est triste sans eux…
 
Allez! Il faut que je m’occupe.

 Je m’attaque au grand ménage.
Les heures passent.
Je ressens presque du plaisir à nettoyer, récurer, ranger sans être constamment interrompue par des « tatatatata » ou des « maaaaamaaaan »!

J’ai faim, je me pose sur le canap’ avec un grand plateau rempli de n’importe quoi. Il est 14h. Ne pas regarder l’heure, ni l’équilibre alimentaire… Ce genre de luxe que je ne peux pas m’offrir quand les enfants sont là… 

Je me pose un peu devant des niaiseries à la télé… et me réveille 2h plus tard… Ah la sieste… je ne me souvenais même plus ce que c’était !

J’ai envie de musique, forte, très forte. Je trie des papiers que je devais ranger depuis plus de 6mois, en chantant. 

16h30, ma journée sans enfants touche bientôt à sa fin. 

J’ai fait du ménage, j’ai un peu dormi, j’ai mangé n’importe quoi.
Oui je sais, ça ne fait pas rêver.
Mais je crois que le vrai bonheur dans tout ça, c’était de faire les choses que je voulais faire au moment où je voulais les faire.
Avec les enfants, je dois suivre constamment leurs rythmes (qui pour compliquer les choses, ne sont pas tout les mêmes entre une petite fille de 4 ans et un bébé de 9mois).
Je cours partout, j’anticipe, je prépare,  je programme … Et c’est très fatiguant au quotidien car à aucun moment, je ne m’écoute moi. 

Alors cette journée m’a fait du bien. Peut-être que j’en ferai d’autres, des comme ça. Sûrement même. Et peut-être que j’en profiterai pour aller chez le coiffeur, ou faire les boutiques. 

Ces moments restent rares. Mes enfants sont encore petits et ils ont besoin de moi. Je n’ai pas de mal à les laisser, mais j’ai encore du mal à profiter des moments sans eux pour m’occuper juste de moi. Je crois que je ne sais plus faire en fait

Et pourtant je suis persuadée que c’est important voire essentiel, de prendre ce temps sans enfants. Pour être mieux avec eux par la suite. Et puis pour se retrouver soi-même. Il y a encore du chemin, mais je progresse 🙂

401H.jpg

Et vous ? Arrivez-vous à laisser vos enfants pour vous occuper de vous ?