Signer avec bébé : notre expérience

J’ai découvert lorsque j’ai eu mon petit garçon qu’il existait une méthode pour communiquer avec son bébé avant qu’il parle: la langue des signes. J’ai trouvé l’idée vraiment intéressante et j’ai décidé de nous inscrire, lui et moi à une session de 6 séances, organisée par une osthéopathe. Nous venons de finir notre session avec mon p’tit bonhomme. Je vais donc tout vous raconter et répondre aux questions que peut-être certains parents se posent sur le sujet.

1. Qu’est ce que la langue des signes bébé ?

Ce sont des gestes que l’on va effectuer devant bébé pour définir des actions, des objets, des émotions. Ils sont directement emprunts à la LSF (Langue des Signes Française) utilisée par les personnes sourdes, muettes ou malentendantes. Certains gestes sont un peu simplifiés pour être plus facilement reproduits par bébé. Et évidemment, ne sont sélectionnés que les gestes qui lui sont utiles dans son quotidien.

2. A quel âge peut-on inscrire notre enfant ?

Dans ma session, il y avait des enfants de 8mois à 1an. L’osthéopathe nous a expliqué qu’on pouvait commencer vers 6mois et que l’idéal était autour de 8-9mois. Avant, ils peuvent comprendre les gestes mais auront du mal à les reproduire.

3. Pourquoi j’ai inscrit mon bébé ?

Comme je l’avais évoqué dans cet article, mon petit garçon avait tendance à beaucoup crier pour s’exprimer (faim, énervement, fatigue mais aussi quand il était content). Je n’arrivais pas toujours à comprendre ce qu’il voulait et il faut dire que tous ces décibels avaient le don de m’épuiser, surtout en fin de journée (après avoir fait classe à 25 enfants de 3ans, on a moins de patience forcément…). Je me suis dit que les signes pourraient lui permettre de s’exprimer sans avoir besoin de casser les oreilles de tout l’entourage ^^.

4. Comment ça marche ?

Nous avons appris, lors des ateliers, à signer sur des thèmes simples liés à la vie de bébé (la journée de bébé, la nourriture, la toilette et les vêtements, les personnes et animaux, la maison et le jardin, les émotions).
Pour le repas par exemple, je lui montre le geste en prononçant le mot. A force de répétition, il a compris certains mots simples (banane, gâteau…). Maintenant, je fais simplement le geste « gâteau » en le prononçant et en lui demandant s’il en veut et il me sourit pour me dire oui. Lui ne fait pas encore les gestes mais l’osthéopathe nous a expliqué qu’en général, ils commençaient à signer vers 1an et qu’il fallait persévérer.
Il est important de bien dire le mot en même temps qu’on le signe pour que l’enfant associe les deux et ne développe pas par la suite de retard de langage.

5. Comment nous pratiquons à la maison ?

Je suis la seule à signer à la maison, ma fille connaît quelques mots qu’elle montre à son frère. Mon conjoint en connait aussi mais oublie toujours de les utiliser! L’idéal serait qu’un maximum de personnes qui côtoient bébé puissent signer avec lui (nourrice, parents, frères et soeurs…). Ce qui n’est pas le cas chez nous. Malgré tout, il intègre vite les signes c’est marrant. Je me cantonne aux plus utiles car j’ai une mémoire de poisson rouge et que je préfère que ça soit spontané. Peu de gestes mais utilisés souvent dans la journée !

6. Et les résultats ?

Je ne peux pas garantir que les ateliers en soient l’unique cause, mais mon fils crie beaucoup moins qu’avant. Quand je signe « biberon » alors qu’il est en crise car il a faim (je dis bien en crise car la nourriture, c’est sacrée pour lui ! ^^), il patiente plus facilement qu’avant lorsque je lui prépare son lait. Il sourit à certains signes comme s’il était content que je le comprenne. Il faut dire qu’il développe également son langage en ce moment et commence à être très pipelette.
De plus, les séances nous ont permis de rencontrer 3 autres familles et leurs bébés. C’était très chaleureux, les enfants jouaient ensemble, nous avons appris à signer sur des comptines simples. Et puis nous avons crée un chouette lien entre parents et continuons de nous voir de temps en temps depuis que la session est terminée.
Plusieurs enfants du groupe commencent à signer, ce qui est chouette à voir (« encore », « gâteau », « biberon »…les premiers signes étant souvent liés à la nourriture, comme par hasard 🙂 ).

6. Bibliographie si le sujet vous intéresse

Je vous laisse en lien quelques bouquins intéressants si vous voulez tenter. Sachez que vous pouvez commencer et essayer sans forcément vous inscrire à des cours. Il suffit juste de se lancer, ce n’est pas compliqué 🙂

« Signe avec moi » Nathanaëlle Bouhier-Charles et Monica Companys

signe-avec-moi.jpg

C’est un dictionnaire LSF spécial « petite enfance » (460 signes) avec photos. Il est très adapté aux parents qui veulent signer avec bébé. 

« Dictionnaire visuel bilingue ABC…LSF » Monica Companys

dictionnaire visuel bilingue lsf

Un vrai dictionnaire visuel.

Elle nous a également conseillé une application qui est absolument géniale qui s’appelle « Elix« . Disponible sur smartphones, i-phones….

ELIX

C’est un dictionnaire de LSF avec les signes en vidéo. Je la trouve hyper pratique quand je cherche un mot, je n’ai qu’à sortir mon téléphone et en quelques secondes je l’ai ! L’application est gratuite en plus. 

Et enfin une copine à moi m’a fait découvrir « Je signe avec bébé » de Rémi ( chanteur célèbre pour les tout petits). C’est un CD de comptines signées accompagné d’un livret explicatif. Mon fils en est fan, c’est vraiment mignon et bien conçu. Même ma fille les réclame. 

je-signe-avec-bébé

J’espère avoir pu vous donner quelques éclairages sur la pratique de la langue des signes avec bébé. Je suis ravie de l’avoir découverte et je le conseille vivement à tous les parents de bébé ! 

Publicités

« Lumilove » de Pabobo : test et verdict !

 

Il y a quelques semaines, ma fille a testé le « Lumilove » de Pabobo. C’est une veilleuse nomade qui permet de rassurer l’enfant la nuit.

WP_20170413_20_53_12_Pro

Nous avons reçu la lumilove « Barbapapa » en couleur bleue. Elle existe aussi en rose, mais ma fille a choisi la bleue (quand je vous dis que ce n’est pas une princesse!).

Elle est livrée avec sa notice et bien sûr le cordon USB qui permet de la recharger. Il existe aussi une version avec un socle qui permet de la recharger plus facilement en la posant dessus. Mais je n’ai pas cette version (donc je ne peux pas vous donner mon avis dessus 🙂 )

Après l’avoir chargée entièrement, ma fille a pu l’emmener dans sa chambre, et même dans son lit, sans aucun risque pour sa sécurité. On est loin de ma petite veilleuse Mickey que mes parents branchaient directement dans la prise et qui chauffait, chauffait toute la nuit … !

C’est en vacances, loin de chez nous, qu’elle a vraiment été utile. Ma fille a pu s’endormir plus facilement dans un endroit qu’elle ne connaissait pas. Le bouton placé en dessous est facile à enclencher et elle peut donc gérer l’allumage et l’extinction comme elle veut.

La version 2016 est dotée d’un minuteur intégré qui permet à la veilleuse de s’éteindre automatiquement au bout d’une heure. On peut le désactiver (il suffit d’un appui long sur le bouton d’allumage situé en dessous du Lumilove) et ainsi laisser la veilleuse éclairer toute la nuit. Ce système est bien pensé car il s’adapte aux besoins de l’enfant. 

Quant à l‘autonomie, elle est vraiment très bonne. Je n’ai pas fait de test pour vérifier la durée d’éclairage mais je me souviens avoir rangé la veilleuse éteinte dans le panier à jouets de ma fille. Elle y est restée 5 jours. Et lorsqu’on l’a récupérée elle éclairait encore. Sinon, lorsqu’elle est chargée, elle reste éclairé toute la nuit sans problème et même plus.

Ma fille ne s’en sert pas franchement comme veilleuse, elle est habituée à sa petite lumière. Mais la Lumilove est devenue « son copain de nuit ». Elle l’allume et la met dans son lit quand elle se couche, elle joue avec, lui donne à manger, lui raconte des histoires … Bref une belle histoire d’amitié entre les deux ^^

Elle l’a d’ailleurs appelé « Lumineuse ». 😉

En clair, c’est une veilleuse de bonne qualité qui tient ses promesses. J’ai été surprise par sa taille, je l’imaginais toute petite. L’éclairage est doux, pas agressif. Son aspect est mignon, rassurant. Elle est facile à prendre, plutôt légère. J’ai pris quelques photos pour vous montrer notre « Lumineuse ».

Si vous souhaitez en savoir plus, allez voir sur le site de Pabobo c’est ici. 

Vos enfants ont-ils une veilleuse ?

*produit offert

Sa tenue de carnaval …

Hey ! Bientôt le carnaval !

Il y a des petites filles qui rêvent d’être déguisées en princesse, en fée… Et puis il y a la mienne. Quand je lui ai demandé en quoi elle voulait se déguiser pour le carnaval de l’école, elle m’a répondu « Ze veux être un éléphant ! »

Hum, ok sauf qu’un déguisement Reine des neiges, ça se trouve partout mais un déguisement d’éléphant… Je n’en ai jamais trouvé dans les magasins de jouets.

Et puis le site déguisetoi.fr est arrivé à ma rescousse. Ils m’ont proposé de m’envoyer un déguisement de mon choix pour tester. Alors j’ai choisi ce modèle sur leur site en 4-6ans.

Il est arrivé rapidement chez moi, emballé sous plastique.

C’est donc une sorte de combinaison avec une capuche. Il y a des trous au niveau des pieds pour passer les chaussures. Il est plutôt ample en 4-6ans (ma fille porte du 4 voire du 5ans en temps normal).

Je vous laisse voir le résultat:

Les points positifs

  • Facile à enfiler pour l’enfant
  • Matière légère pas trop chaude
  • Doux à porter
  • La tête d’éléphant est bien faite, pas trop lourde ou gênante
  • Assez ample pour pouvoir porter ses vêtements en dessous
  • Très peu de perte de poils
  • Pas très cher pour un déguisement complet

Les points négatifs

  • Les poils sont un peu clairsemés
  • Matière légère qui est donc plus fragile (même si nous n’avons eu aucun souci pour le moment)

Si vous cherchez un déguisement pour votre enfant, je vous conseille donc d’aller faire un tour sur le site ici, il y a énormément de choix et à tous les prix. 
Voici une sélection des petits looks pour enfants que j’adore :

déguisements enfants 1

déguisements enfants 2

Même les bébés ont leurs petits déguisements ! Regardez comme c’est chou (non mais vous avez vu le paon ? Rhhhhooo ^^)

déguisements bébés 1

déguisements bébés 2

Et si vous-même, vous aimez vous déguiser, le site propose des déguisements adultes pas chers. C’est par ici ! Vous pouvez vous déguiser en renne de Noël, en pot de mayonnaise ou pourquoi pas en Borat (à éviter quand la belle-mère est là… ^^). J’ai une petite préférence pour celui de déesse grecque (oui je sais c’est tout moi..).

Et vous ? En quoi déguisez-vous vos enfants pour le carnaval ? 

 

L’allaitement…et moi…

WP_20161112_14_38_29_Pro.jpg

Dans un article précédent, je vous avais fait part de mon envie d’allaiter mon 2ème enfant. Il a maintenant 3 semaines, et je me dois de vous donner des nouvelles (oui oui je tiens mes promesses!).

Quelques mois avant sa venue au monde, j’ai eu envie de tester l’allaitement. « Tester » c’est le mot. Je n’ambitionnais pas de l’allaiter exclusivement jusqu’à ses 3 ans, je voulais juste « essayer pour voir ». Je suis convaincue des bienfaits du lait maternel même si je ne rejette pas les biberons (d’ailleurs c’est ce que j’ai fait pour ma puce et elle se porte trèèèès bien).

A la naissance, lorsque j’ai pu le poser sur mon ventre après l’avoir attrapé (oui oui j’ai pu le prendre moi-même par dessous les bras pour finir de le sortir, c’était top!) la sage-femme m’a demandé si je voulais l’allaiter. 
Malgré la nuit blanche et l’hémorragie que je venais de subir, j’étais motivée. « Oui oui je veux essayer!« . On me l’a donc installé et … il a tout de suite compris le truc et tété comme un fou ! « Il est top votre bébé, il a tout compris! ». J’étais contente, détendue et surprise que tout soit si simple ! Bref le bonheur… 

Et puis j’ai rejoint ma chambre dans laquelle je suis restée 3 jours. Toute seule avec mon bébé, j’ai eu le droit à plein de conseils (antagonistes) des puéricultrices (positions pour allaiter, détails sur la montée de lait…). Et à mes questions très cartésiennes  « combien il doit téter de fois par jour? », « combien de temps doit durer chaque tétée? », on m’a répondu de façon unanime « c’est à la demande, c’est lui qui choisit »

Ok. La réponse était simple mais dans la pratique… C’était autre chose ! Mon bébé adooorait téter. Il tétait tout le temps. Et dès que je le reposais, il pleurait. Le personnel trouvait ça super. Moi un peu moins… J’avais mal, j’étais bloquée et je ne faisais rien d’autre. Il pleurait aux changes, au bain … C’était très simple, soit il mangeait, soit il pleurait. Une nuit, une puéricultrice a même voulu me le prendre 2h pour que je dorme un peu. Résultat, au bout de 20min elle m’a ramené mon petit hurlant en me disant « je vous le rends, nous n’arrivons pas à le calmer, il a tenté de téter tout le personnel »^^. Eh bah ca promet ! (me suis-je dit …). 

Retour à la maison. Et la même chose. Cette fois, j’ai un peu de renfort : le papa, ma grande puce, le porte-bébé, la poussette et la voiture. Et … mes seins … qui commencent à saturer autant que moi !

Je loue un tire-lait que je n’ai eu le temps d’utiliser qu’une fois pour en sortir 50 pauvres petits millilitres… (autant dire à peine l’entrée pour mon goulu). Je prends aussi une boite de lait relais, conseillée par mon sage-femme, mais à utiliser avec modération pour les moments de « j’en peux plus, je veux me pendre! ». 

Et voilà où j’en suis ! Mon loulou grandit bien, mais pleure encore beaucoup. J’ai le sentiment qu’il a toujours soif (et avec l’allaitement, on ne sait pas combien il boit). Il a peut-être des coliques ? Du reflux ? Un besoin de succion ? (Il ne veut ni tétine ni petit doigt) Un besoin d’être tout près de sa maman ? (les câlins oui, les tétées constantes non!)… Ou simplement des besoins importants? 

Je ne sais pas encore le devenir de cet allaitement. Je pense que j’aurais tout fait pour que ça marche mais en toute honnêteté, je n’y trouve plus beaucoup de plaisir. J’ai peut-être raté un truc, ou bien tout simplement, ce n’est pas fait pour moi. Je me laisse un peu de temps (et mon rdv chez mon doc pour en parler avec lui). 

J’ai hâte de pouvoir avoir plus d’interactions avec mon p’tit chat, autres qu' »alimentaires ». 

Bref je vous redonne des nouvelles très vite (enfin si ça vous intéresse!) de cette grande aventure qu’est l’allaitement ^^ 

Edit : après une visite chez mon doc hier, qui a vu mon état déplorable, nous avons décidé de commencer à le sevrer doucement, en faisant un allaitement mixte pendant quelques semaines. Ainsi mon homme pourra m’aider.

Découverte de 2 albums pour enfants [éditions La Pimpante]

Ma fille adore les histoires. Il y a quelques semaines, j’ai reçu 2 albums des éditions La Pimpante. C’est une jeune maison d’édition de livres pour enfants et adolescents. Je ne connaissais pas du tout et quand ils m’ont proposé de m’envoyer quelques albums, j’ai accepté par curiosité. 

Le premier s’appelle : « Patrovitt, l’escargot en retard » (Marie Tibi – Illustrations Juco)
Il raconte l’histoire d’un escargot (Patrovitt) qui est beaucoup plus lent que les autres. Il arrive le dernier à la course, aux anniversaires, il est en difficulté à l’école… Tout le monde essaie de le secouer mais il ne peut pas aller plus vite. Il est né comme ça. Et pourtant il travaille fort tous les soirs pour rattraper son retard. Et puis un jour, contre toute attente, il trouve un travail. Et dans son travail, son handicap devient une vraie force. 

J’ai beaucoup aimé l’histoire de Patrovitt, qui soulève des thèmes forts tels que la différence et le handicap. Il donne une belle leçon de courage et de persévérance et se montre très optimiste. Les enfants peuvent facilement s’identifier. 

Il a d’ailleurs remporté le prix Danielle Grondein 2015 et est Sélection Clubs Coup de Pouce des écoles 2016.

Je trouve l’histoire forte mais je suis un peu moins fan des illustrations. 

A la fin du livre, on peut retrouver quelques infos « scientifiques » sur l’escargot ainsi que des petites activités pour les enfants (jeu de labyrinthe, conseils pour élever des escargots, jeu de découpage…). Cela apporte un côté ludique à l’album. 

 

 

Le second album s’appelle « Pour te dire » (Lenia Major – Illustrations Sandrine Lhommme)

Il raconte de façon très mignonne les différentes façon de dire « je t’aime » selon les animaux (poussin, éléphant, oustiti, hérisson…). Et on finit bien sûr avec un petit humain qui dit « je t’aime » à sa maman. 

WP_20160626_20_31_35_ProWP_20160626_20_31_05_ProWP_20160626_20_30_51_Pro

Je le trouve très chouette, le texte est vraiment doux et mignon, les dessins sont très réussis. Bref, une jolie histoire pour le soir avant de dormir. Un livre plein de tendresse que ma fille aime beaucoup. 

Voilà pour mes découvertes littéraires du moment ! 🙂

*produits offerts