Comme une envie de partir, parfois…

264H

J’habite dans le même département depuis ma naissance.
33 ans dans le même coin, je commence à connaître les villes, les routes, les magasins… par cœur. 

Mes amis, eux, ont pas mal bougé pendant leurs études. Ils habitent maintenant Paris, Bordeaux, Lyon, Rennes, Nantes… D’autres vivent même à l’étranger. 

Les choses se sont faites comme ça. Je ne m’étais pas dit que je resterais ici toute ma vie. J’ai fait des études classiques qui ne nécessitaient pas de partir. C’était plus simple pour moi, et aussi moins coûteux. J’ai eu mon concours d’enseignante dans ma ville. Je suis partie de la maison à 22 ans pour vivre en appartement. Tout a été très simple dans mon passage à la vie active. Et cela me convenait très bien

Et puis j’ai rencontré le chéri il y a presque 5 ans, qui lui venait de la région voisine. On s’est installés ensemble, dans un petit appartement, puis un plus grand, puis notre fille est arrivée. Et nous avons fait construire notre maison, toujours dans le même coin. 

Quand je fais le bilan, près de chez moi, il ne reste que peu de personnes : quelques amis, ma mère, ma sœur. Ils sont très peu, mais très importants

Parfois, on a envie de bouger. Pas seulement pour les vacances. Mais on aimerait changer de lieu de vie. Et changer carrément. Partir à l’étranger. Je peux faire mon métier partout dans le monde (dès lors qu’il y a des enfants^^) et le chéri, étant ingénieur, trouverait sans problème du travail à l’étranger (notamment aux USA où on adore recruter des ingénieurs français, il a déjà eu plusieurs propositions). 

Finalement, il n’y a pas grand-chose qui me retiendrait ici.
Ma fille s’adapterait sûrement très bien, tant que ses parents sont avec elle, je n’en doute pas. Elle est à l’âge où c’est encore simple.  

Mais si nous partons si loin, il est certain que nous verrons beaucoup moins nos proches et notre famille. La famille…je crois que c’est ce qui m’empêche vraiment de partir. Nous avons des relations très proches, des liens très forts. Et puis ce serait trop dur aussi pour ma puce de ne plus voir sa mamé, ses tatas, ses tontons, sa mamie, son papi, ses cousines… Skype ne remplacera jamais les vrais moments ensemble… Et puis elle grandit si vite… Ils rateraient tellement de choses… 

Alors peut-être, quand elle sera plus grande, nous franchirons le pas. 

Pour l’instant notre rêve de voyage n’en restera qu’au stade du rêve. 
Et un jour, qui sait, nous le réaliserons… 

macaron-rdv-education-02-exp-200

Si le thème des voyages vous intéresse, je vous invite à lire les articles suivants : 

Pourquoi nous voyageons en famille … http://creativemumandco.com/pourquo…
Quand la maitresse s’implique pour aider mon fils à devenir élève – Maman Moderne Politiquement Incorrecte http://wp.me/p5QFh5-zW
Step by Step :IEF : combien ça coûte ?
Félie et ses Monstres Gentils : Voyager en famille et découvrir le monde avec tous nos enfants : http://felieetsesmonstresgentils.com/voyager-en-famille-et-decouvrir-le-monde-avec-tous-nos-enfants/
Ma ptite tribu : Les voyages, l’ouverture aux autres : http://wp.me/p3o6Bl-1ei
Publicités

Non, non …Ce n’est pas ma fille ! (jour de honte)

694502-plus-on-honte-soi-plus

J’ai découvert il y a peu de temps le sentiment de honte que tout parent connaît si bien…!

Ma puce parle de plus en plus et de mieux en mieux. Elle a ses opinions à elle, son caractère…Bref, une grande fierté pour moi!

Sauf que… Je me passerais bien de moments comme celui que je vais vous raconter…

J’allais à la pharmacie avec elle un matin. Pas notre petite pharmacie habituelle dans laquelle il y a un tas de jeux pour occuper les enfants. Non. Cette fois, nous sommes allées dans une immense pharmacie sans jeux pour les petits. 5 pharmaciennes servaient les gens aux différents guichets. Nous attendions notre tour, tout comme une dizaine de personnes. 

J’avais juste pris un savon, et c’est vrai que je commençais à trouver le temps long (et ma fille aussi). 5min, 10min, 15min… Les pharmaciennes discutaient (beaucoup) avec les gens (et pas vraiment de leur santé…). 

Ma fille : Maaaaaman, pourquoi on attend? »
Moi : Car il y a beaucoup de monde.
Ma fille : Alors on paie pas et on s’en va?
Moi : Ah non, on n’a pas le droit de faire ça ! 
Ma fille (très fort): MAIS MAMAN ! POURQUOI LES DAMES A LA CAISSE ELLES VONT PAS VITE DU TOUT!
(rires dans la file d’attente)
Moi : Chut…

Bref, gros moment de honte pour moi (même si ma puce n’avait pas tort sur ce coup-là…!).

Notre tour est (enfin) arrivé. La pharmacienne l’avait sûrement entendue car elle l’a regardée avec des yeux sévères puis m’a regardée et m’a dit : « Elle a la langue bien pendue cette petite! »

Je crois bien qu’elle était vexée 😉

Et vous ? Racontez-moi les pires moments de honte que vous avez vécus en tant que parents ! 🙂

C’était ma participation aux rendez-vous hebdomadaires des Jeudis Education de Wonder Mômes.

macaron-rdv-education-02-exp-200

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire les articles suivants :

Au même âge, différents niveaux de langage … 

17 septembre

Aujourd’hui je vous parler du langage. Le langage oral plus précisément.

Je suis enseignante comme vous le savez en petite section. Et je me suis très vite aperçue des disparités importantes dans le langage oral.  Ils ont en moyenne 3 ans et parlent très différemment :

  • Certains enfants sont très réservés et parlent donc peu. Attention, cela ne signifie pas qu’ils ne savent pas parler ou qu’ils possèdent peu de vocabulaire. C’est d’ailleurs souvent le contraire. Du jour au lendemain, certains se mettent à parler alors qu’ils étaient quasi-muets, avec une syntaxe impeccable ! Ce sont souvent des enfants perfectionnistes qui veulent être sûrs avant de se lancer.
  • Certains enfants parlent BEAUCOUP, voire TOUT LE TEMPS. Ils parlent vite, s’emballent, leurs propos partent dans tous les sens. Ils sont souvent émotifs et veulent nous dire plein de choses. Parfois ils bégaient tellement ils ont du mal à se contrôler. Ils sont souvent anxieux.
  • Certains enfants parlent bébé « moi a fait un ro dodo ! A bobo à tête ! ». Souvent on leur a parlé ainsi et ils reproduisent ce qu’ils entendent. Moi je pense que c’est très important de les reprendre quand ils ne prononcent pas correctement les mots ou que la syntaxe est franchement hasardeuse (sans trop en faire non plus, les pauvres^^). Car c’est en les reprenant qu’ils vont progresser. Il faut aussi leur parler « normalement » avec des mots simples mais pas « bébé » (« Tu as mal? » Plutôt que « tu as bobo? »)
  • Certains enfants parlent comme les adultes « Tu sais maitresse, moi je trouve que la politique c’est nul, ça ne sert à rien ». Bien évidemment à 3 ans c’est un peu tôt pour avoir ce genre d’avis 😉 Les enfants adorent « nous piquer » nos expressions ou nos façons de penser. Mais là encore, il faut faire super attention à ce qu’on dit (les murs les enfants ont des oreilles^^).
  • Certains enfants parlent mais on ne comprend rien. A trois ans, ça peut arriver, mais si ça traîne un peu trop, il peut être important de contrôler leur audition (de même pour les enfants qui parlent très fort).

Voilà ! Et ma fille, elle n’a que 2 ans. Elle fait partie des enfants assez bavards, surtout avec ses parents. Parfois on a du mal à comprendre car la prononciation est loin d’être impeccable et elle mange des parties de mots (« iento rivé = bientôt arrivé). Mais elle a beaucoup de vocabulaire et progresse tous les jours. A cet âge c’est impressionnant.

Et les vôtres ? De vraies pipelettes ou de grands timides ?

C’était ma participation aux rendez-vous hebdomadaires des Jeudis Education de Wonder Mômes.

macaron-rdv-education-02-exp-200

Si le  langage vous intéresse, je vous invite à lire les articles suivants :