Déjà 6 mois !

WP_20170421_07_55_39_Pro (1).jpg

Comme ça passe vite ! Déjà une demi-année que mon p’tit bonhomme a débarqué. 

6 mois c’est long et court à la fois. Nous commençons tout juste à récupérer des petites nuits que nous avons vécu sur tes deux premiers mois.

Nous apprenons à te connaître. Tu n’es plus un nourrisson minuscule, fragile, qui s’endort dans les bras après avoir rempli son ventre. Je comprends tes pleurs maintenant, il y en a beaucoup moins d’ailleurs (heureusement !).

Tu éclates de rire, tu veux tenir assis, tu attrapes tout et ne lâches rien (surtout mes cheveux … Aïe !). Tu causes, tu cries, tu passes de ta grosse voix grave à une toute petite voix aiguë. 

Tu détestes avoir la couche sale, tu hurles dès que tu as faim. Et gare à moi si je ne vais pas assez vite avec la cuillère ! Tu manges de tout et tu adores toujours le lait. Un vrai ventre sur pattes 🙂

Tu as encore des petites coliques parfois. Et tes gencives te rendent hargneux. 

Tu aimes les livres (surtout les manger en fait), tu adores ta girafe. Tu es très intéressé par les écrans mais on t’en éloigne, tu es bien trop petit. 

Tu aimes qu’on te chante des chansons. Tu es très chatouilleux aussi ! 

Tu t’exprimes beaucoup. Avec toi on sait quand ça va et quand ça ne va pas !

Tu aimes beaucoup communiquer avec les gens. Tu recherches la compagnie de tes parents, de ta famille mais aussi du monde en général (au supermarché, à la pharmacie …).

Tu es un solide gaillard qui porte déjà du 12 mois. Exit les nacelles, coques, et transat pour tout-petits… Tes parents ont mal au dos à force de te porter 🙂 

On t’appelle « mon loulou », « ma crevette », « mon bébé », « mon p’tit coeur ». Tu commences à reconnaître ton prénom. 

Tu détestes être porté « comme un bébé ». Il faut te tenir bien droit! Tu rêves de tenir debout, tu essaies quand tu es assis sur nous. Mais ne rêve pas trop P’tit Chat ! Tu n’as que 6 mois ! 

Tu as une implantation de cheveux hallucinante (comme ton père). Un vrai hérisson… 

Tu as la peau claire, les yeux foncés, les cheveux châtains clairs et un regard rieur. Une tête toute ronde et de grosses joues à bisous. Une vraie bille de clown ! 

Tu fais des petits câlins et commence à faire « non non » avec ta tête. 

Tu grandis vite, très vite, trop vite. 

Mon petit bébé des premières semaines est bien loin. Mais je t’aime à la folie. J’aime ton tempérament, ta frimousse qui me fait rire. J’aime ta maladresse, ta curiosité, ton envie de faire « tout seul ».

Et je suis très fière de toi mon ptit chat

L’allaitement…et moi…

WP_20161112_14_38_29_Pro.jpg

Dans un article précédent, je vous avais fait part de mon envie d’allaiter mon 2ème enfant. Il a maintenant 3 semaines, et je me dois de vous donner des nouvelles (oui oui je tiens mes promesses!).

Quelques mois avant sa venue au monde, j’ai eu envie de tester l’allaitement. « Tester » c’est le mot. Je n’ambitionnais pas de l’allaiter exclusivement jusqu’à ses 3 ans, je voulais juste « essayer pour voir ». Je suis convaincue des bienfaits du lait maternel même si je ne rejette pas les biberons (d’ailleurs c’est ce que j’ai fait pour ma puce et elle se porte trèèèès bien).

A la naissance, lorsque j’ai pu le poser sur mon ventre après l’avoir attrapé (oui oui j’ai pu le prendre moi-même par dessous les bras pour finir de le sortir, c’était top!) la sage-femme m’a demandé si je voulais l’allaiter. 
Malgré la nuit blanche et l’hémorragie que je venais de subir, j’étais motivée. « Oui oui je veux essayer!« . On me l’a donc installé et … il a tout de suite compris le truc et tété comme un fou ! « Il est top votre bébé, il a tout compris! ». J’étais contente, détendue et surprise que tout soit si simple ! Bref le bonheur… 

Et puis j’ai rejoint ma chambre dans laquelle je suis restée 3 jours. Toute seule avec mon bébé, j’ai eu le droit à plein de conseils (antagonistes) des puéricultrices (positions pour allaiter, détails sur la montée de lait…). Et à mes questions très cartésiennes  « combien il doit téter de fois par jour? », « combien de temps doit durer chaque tétée? », on m’a répondu de façon unanime « c’est à la demande, c’est lui qui choisit »

Ok. La réponse était simple mais dans la pratique… C’était autre chose ! Mon bébé adooorait téter. Il tétait tout le temps. Et dès que je le reposais, il pleurait. Le personnel trouvait ça super. Moi un peu moins… J’avais mal, j’étais bloquée et je ne faisais rien d’autre. Il pleurait aux changes, au bain … C’était très simple, soit il mangeait, soit il pleurait. Une nuit, une puéricultrice a même voulu me le prendre 2h pour que je dorme un peu. Résultat, au bout de 20min elle m’a ramené mon petit hurlant en me disant « je vous le rends, nous n’arrivons pas à le calmer, il a tenté de téter tout le personnel »^^. Eh bah ca promet ! (me suis-je dit …). 

Retour à la maison. Et la même chose. Cette fois, j’ai un peu de renfort : le papa, ma grande puce, le porte-bébé, la poussette et la voiture. Et … mes seins … qui commencent à saturer autant que moi !

Je loue un tire-lait que je n’ai eu le temps d’utiliser qu’une fois pour en sortir 50 pauvres petits millilitres… (autant dire à peine l’entrée pour mon goulu). Je prends aussi une boite de lait relais, conseillée par mon sage-femme, mais à utiliser avec modération pour les moments de « j’en peux plus, je veux me pendre! ». 

Et voilà où j’en suis ! Mon loulou grandit bien, mais pleure encore beaucoup. J’ai le sentiment qu’il a toujours soif (et avec l’allaitement, on ne sait pas combien il boit). Il a peut-être des coliques ? Du reflux ? Un besoin de succion ? (Il ne veut ni tétine ni petit doigt) Un besoin d’être tout près de sa maman ? (les câlins oui, les tétées constantes non!)… Ou simplement des besoins importants? 

Je ne sais pas encore le devenir de cet allaitement. Je pense que j’aurais tout fait pour que ça marche mais en toute honnêteté, je n’y trouve plus beaucoup de plaisir. J’ai peut-être raté un truc, ou bien tout simplement, ce n’est pas fait pour moi. Je me laisse un peu de temps (et mon rdv chez mon doc pour en parler avec lui). 

J’ai hâte de pouvoir avoir plus d’interactions avec mon p’tit chat, autres qu' »alimentaires ». 

Bref je vous redonne des nouvelles très vite (enfin si ça vous intéresse!) de cette grande aventure qu’est l’allaitement ^^ 

Edit : après une visite chez mon doc hier, qui a vu mon état déplorable, nous avons décidé de commencer à le sevrer doucement, en faisant un allaitement mixte pendant quelques semaines. Ainsi mon homme pourra m’aider.