Aux jeunes mamans fatiguées …

244H.jpg

Mon dernier article remonte déjà à quelques semaines, et pour cause. Avec l’arrivée de mon p’tit chat, je n’ai plus beaucoup de temps pour écrire sur le blog (entre autre)

Etre maman d’un nourrisson, c’est un boulot à plein temps. Pendant la grossesse, on s’informe et on sait que ça ne va pas être facile. Les gens nous le disent aussi. Mais on ne réalise réellement la chose qu’une fois que bébé est là

Il y a des bébés plus « faciles » que d’autres. J’entends par là des bébés qui mangent ce qu’on leur donne sans problème, s’endorment partout, pleurent peu et se « transportent » facilement. 
Et puis il y a des bébés qui réclament plus d’attention, qui ont du mal à manger, qui dorment peu, pleurent beaucoup, ne supportent pas qu’on change leurs habitudes, leur environnement…

On ne sait jamais à l’avance comment sera notre bébé. C’est un peu comme jouer au loto! Et au sein d’une même famille, les enfants peuvent être très différents (mes enfants en sont un bon exemple!). 

Voici quelques petites choses que j’aimerais dire aux jeunes mamans fatiguées:

  • Ce n’est pas parce que bébé pleure beaucoup qu’on est des mauvaises mamans.
  • C’est normal de ne pas toujours réussir à comprendre son bébé (le traditionnel « une maman sait reconnaître les pleurs de son bébé » est très culpabilisant. Et pourtant, on a toutes vécu des moments de solitude avec un bébé qui pleure sans qu’on ne comprenne pourquoi) 
  • On a le droit d’en avoir marre parfois (et de regretter sa vie d’avant, même si ça ne dure pas bien longtemps) 
  • On ne doit pas s’isoler, surtout pas. Ce n’est pas parce qu’on est la maman qu’on doit tout gérer seule. Il y a le papa, le reste de la famille, les amis mais aussi le pédiatre, la PMI. N’hésitez pas à aller  parler aux gens de confiance qui vous entourent. Personnellement ça m’aide beaucoup dans les moments de « moins bien ».
  • La situation va forcément s’améliorer : que ce soit un bébé qui ne dort pas, pleure beaucoup ou mange mal, avec le temps les choses s’arrangeront forcément. Il faut se dire que ça ne durera pas éternellement, bébé va grandir. 
  • Il faut éviter les personnes « toxiques » : les mamans qui se vantent de leur bébé « en or », les donneurs de leçon, tous ces gens qui ne nous aident pas dans ces moments difficiles. Pas besoin de ça en plus. 
  • Relativiser. Je sais c’est très difficile de penser à autre chose quand son bébé est mal et qu’on se sent débordée. Et pourtant, lire un bouquin, écouter de la musique, regarder une bonne série, faire un peu de shopping… Toutes ces petites choses qui permettent de mettre de la distance avec notre vie de maman peuvent faire beaucoup de bien. 

La vie de maman n’est pas un long fleuve tranquille. J’aime beaucoup la phrase d’Audrey Hepburn qui résume parfaitement ce que je ressens :

Le plus difficile dans la maternité, c’est cette inquiétude intérieure que l’on ne doit pas montrer.

Nos enfants sont comme ils sont, avec leurs qualités et leurs défauts. Et il faut faire avec. On ne fait pas de « mini-nous » ni « d’enfants parfaits ». On fait des enfants qui ont leur propre caractère, leur propre personnalité. Et c’est à nous, parents, de composer avec. 

Prenons un peu de recul (je me parle à moi-même également^^), soufflons un grand coup, et vivons les choses sereinement ! 

L’allaitement…et moi…

WP_20161112_14_38_29_Pro.jpg

Dans un article précédent, je vous avais fait part de mon envie d’allaiter mon 2ème enfant. Il a maintenant 3 semaines, et je me dois de vous donner des nouvelles (oui oui je tiens mes promesses!).

Quelques mois avant sa venue au monde, j’ai eu envie de tester l’allaitement. « Tester » c’est le mot. Je n’ambitionnais pas de l’allaiter exclusivement jusqu’à ses 3 ans, je voulais juste « essayer pour voir ». Je suis convaincue des bienfaits du lait maternel même si je ne rejette pas les biberons (d’ailleurs c’est ce que j’ai fait pour ma puce et elle se porte trèèèès bien).

A la naissance, lorsque j’ai pu le poser sur mon ventre après l’avoir attrapé (oui oui j’ai pu le prendre moi-même par dessous les bras pour finir de le sortir, c’était top!) la sage-femme m’a demandé si je voulais l’allaiter. 
Malgré la nuit blanche et l’hémorragie que je venais de subir, j’étais motivée. « Oui oui je veux essayer!« . On me l’a donc installé et … il a tout de suite compris le truc et tété comme un fou ! « Il est top votre bébé, il a tout compris! ». J’étais contente, détendue et surprise que tout soit si simple ! Bref le bonheur… 

Et puis j’ai rejoint ma chambre dans laquelle je suis restée 3 jours. Toute seule avec mon bébé, j’ai eu le droit à plein de conseils (antagonistes) des puéricultrices (positions pour allaiter, détails sur la montée de lait…). Et à mes questions très cartésiennes  « combien il doit téter de fois par jour? », « combien de temps doit durer chaque tétée? », on m’a répondu de façon unanime « c’est à la demande, c’est lui qui choisit »

Ok. La réponse était simple mais dans la pratique… C’était autre chose ! Mon bébé adooorait téter. Il tétait tout le temps. Et dès que je le reposais, il pleurait. Le personnel trouvait ça super. Moi un peu moins… J’avais mal, j’étais bloquée et je ne faisais rien d’autre. Il pleurait aux changes, au bain … C’était très simple, soit il mangeait, soit il pleurait. Une nuit, une puéricultrice a même voulu me le prendre 2h pour que je dorme un peu. Résultat, au bout de 20min elle m’a ramené mon petit hurlant en me disant « je vous le rends, nous n’arrivons pas à le calmer, il a tenté de téter tout le personnel »^^. Eh bah ca promet ! (me suis-je dit …). 

Retour à la maison. Et la même chose. Cette fois, j’ai un peu de renfort : le papa, ma grande puce, le porte-bébé, la poussette et la voiture. Et … mes seins … qui commencent à saturer autant que moi !

Je loue un tire-lait que je n’ai eu le temps d’utiliser qu’une fois pour en sortir 50 pauvres petits millilitres… (autant dire à peine l’entrée pour mon goulu). Je prends aussi une boite de lait relais, conseillée par mon sage-femme, mais à utiliser avec modération pour les moments de « j’en peux plus, je veux me pendre! ». 

Et voilà où j’en suis ! Mon loulou grandit bien, mais pleure encore beaucoup. J’ai le sentiment qu’il a toujours soif (et avec l’allaitement, on ne sait pas combien il boit). Il a peut-être des coliques ? Du reflux ? Un besoin de succion ? (Il ne veut ni tétine ni petit doigt) Un besoin d’être tout près de sa maman ? (les câlins oui, les tétées constantes non!)… Ou simplement des besoins importants? 

Je ne sais pas encore le devenir de cet allaitement. Je pense que j’aurais tout fait pour que ça marche mais en toute honnêteté, je n’y trouve plus beaucoup de plaisir. J’ai peut-être raté un truc, ou bien tout simplement, ce n’est pas fait pour moi. Je me laisse un peu de temps (et mon rdv chez mon doc pour en parler avec lui). 

J’ai hâte de pouvoir avoir plus d’interactions avec mon p’tit chat, autres qu' »alimentaires ». 

Bref je vous redonne des nouvelles très vite (enfin si ça vous intéresse!) de cette grande aventure qu’est l’allaitement ^^ 

Edit : après une visite chez mon doc hier, qui a vu mon état déplorable, nous avons décidé de commencer à le sevrer doucement, en faisant un allaitement mixte pendant quelques semaines. Ainsi mon homme pourra m’aider.

Les enfants se suivent… et ne se ressemblent pas!

WP_20161031_12_56_50_Pro.jpg

Hello, me revoilà après un bon bout de temps. Je tenais déjà à vous remercier d’être fidèles et de continuer à suivre nos aventures. 

Depuis presque 3 semaines, me voilà maman de 2 enfants. Et je suis complètement débordée par mes nouvelles tâches ! 

Mon p’tit bonhomme a tout simplement fait voler en éclat l’organisation de notre famille de trois. Nous avions un petit rythme de croisière bien installé avec notre puce de 3 ans qui est une petite fille autonome, débrouillarde, qui mange et s’habille toute seule, dort facilement aux siestes et la nuit et qui est propre jour et nuit … Trop facile quoi ! 

Et puis mon bébé est arrivé. Et je pensais pouvoir gérer comme j’avais fait avec sa soeur sauf que … Il n’est pas DU TOUT comme sa soeur ! 

Déjà, je l’allaite alors que je ne l’avais pas fait pour ma puce. J’en reparlerai sûrement, mais donner le sein est beaucoup plus compliqué que le biberon (enfin pour moi). On ne sait pas les quantités réelles qu’il prend et j’ai un gros glouton qui en plus adoooooore passer sa vie collé au sein de maman. Donc je ne fais que ça. Je vous passe les douleurs et les longues heures bloquée sur le canapé (à ne rien pouvoir faire d’autre…). Ma fille était une toute petite mangeuse (et en plus elle avait un reflux, ce qui n’arrangeait rien). Je tente la tétine pour réussir à le détacher un peu et avoir le temps de manger un bout ou prendre ma douche … 

Ma fille était un bébé déjà « autonome ». J’entends par là qu’elle aimait rester dans son landau ou son transat à regarder le monde. Elle pleurait très peu et ne semblait pas avoir besoin de nous ! ^^ Elle n’aimait pas trop être dans les bras.
Alors que mon fils… une vraie glue ! Il panique rapidement si on le laisse seul dans son landau, il faut venir le voir, le porter, le bercer, le bisouiller, le mettre contre nous en porte-bébé… Bref il est très demandeur de contact.

Ma fille dormait bien la nuit. Elle a commencé à la maternité à enchaîner 5 à 6 heures de dodo. Le rêve ! Et la nuit quand elle réclamait son biberon, je me souviens que je me levais, j’allais la chercher dans sa chambre (et oui elle a dormi dès le début dans son lit dans sa chambre), je lui donnais son bib, un rototo et hop au dodo. Elle s’endormait encore pour quelques heures. 
Mon fils ne dort … pas ! En tout cas très peu la nuit. Je crois que depuis sa naissance, mes nuits n’ont pas excédé 3h (et je ne vous cache pas que c’est très difficile de dormir si peu depuis 3 semaines…). Il tète, semble s’endormir, je le repose, il se réveille, hurle, je le prends, il tète, semble s’endormir, je le repose… Bref vous avez compris l’engrenage ? J’ai tenté le cododo mais ce n’est pas trop mon truc, je dors mal et lui aussi car il passe son temps à chercher à tétouiller. Le laisser pleurer, euh, je ne tiens pas longtemps. Le bercer en porte-bébé pendant des heures oui mais la nuit ça devient épuisant (si vous avez une solution je suis preneuse car je n’ai absolument pas connu ça avant). Evidemment il ne dort pas dans sa chambre, son landau est au pied de notre lit dans la chambre parentale. 

Et puis physiquement, ils sont différents même s’ils ont des traits communs. On voit bien la différence garçon/fille. Le regard aussi est différent. Ma puce a toujours eu son « regard fusillant » et sa mine boudeuse, alors que mon p’tit bonhomme a un regard plus doux. Elle a des yeux ronds comme des billes, lui des yeux en amande

Mais l’un comme l’autre, ils sont les plus beaux à mes yeux et je les aime avec la même force. 

sélection Hellocoton

Mon cadeau d’automne…

6tag_231016-173915.jpg

Nous sommes le vendredi 21 Octobre 2016. Je suis enceinte jusqu’aux yeux, mon terme est prévu le 31. Je sais qu’il me reste une dizaine de jours et je n’en peux plus. Mon ventre, mon bassin me font mal. Bébé pèse lourd et malgré ma prise de poids réduite, j’ai l’impression de peser 3 tonnes. J’ai envie qu’il naisse, vite … Et à la fois je sais qu’une fois qu’il sera sorti, je ne sentirai plus jamais ses petits coups de pieds. Je suis à la fois pressée et nostalgique. 

La journée se passe normalement, j’essaie de m’occuper tant bien que mal de ma puce qui déborde d’énergie. Et en fin d’après-midi, quand le chéri rentre du travail, je lui dis que je sens que je n’irai pas au terme. Je sens qu’il se passe des choses dans mon corps, ça se prépare j’en suis sûre. 

Nous mangeons, puis je me repose dans mon lit. Je mets la télé et je commence à sentir des contractions. Je les note, elles se rapprochent mais restent supportables. Je regarde « PointBreak », je veux le regarder jusqu’au bout (je ne peux pas abandonner Patrick Swayze…^^), je ne m’inquiète pas et souffle tranquillement à chaque contraction. Ca commence à faire mal, j’appelle la maternité « venez nous voir quand elles sont régulières et douloureuses depuis 1h30 ». Ok il est minuit, j’appelle ma mère pour la prévenir qu’il faudra sûrement venir garder la puce dans la nuit. Vers 1h30, on se décide à partir. Ma mère vient, la puce dort et n’aura rien vu de tout ça. Nous partons à la maternité. 

Prise de poids (essentiel quand tu vas accoucher…), monito, prise de tension… Et puis examen du col au bout d’une heure. « Vous êtes à 4, on peut vous amener en salle de travail et vous poser la péridurale ». Génial ! Le chéri me tient la main à chaque contraction, et on gère pas mal mais je veux quand même la péridurale. 

Salle de travail, blouse horrible, pose de péridurale. Me voilà soulagée. Il est 4h, la fatigue commence à se faire sentir. On tente tant bien que mal de dormir un peu entre 2 bips du monito. 

6h « Votre col est complètement effacé, c’est allé vite! Mais votre bébé est encore haut, on va attendre qu’il descende pour éviter les instruments ». Ok. Et plaf ! La poche des eaux se rompt (le bruit est juste fou…!). Mais toute cette perte de liquide a un peu sonné bébé qui pendant une heure a un mauvais rythme cardique (90 – 120 – 140 – 90…) « Votre bébé n’a pas aimé la perte de liquide, il va falloir qu’il sorte assez vite maintenant ».

Son rythme reprend bien, je suis rassurée. Il est 8h. « Madame, il est encore un peu haut mais vous allez essayer de pousser pour voir ». Ok. Je n’ai plus de force mais je vais en trouver. La force d’une mère peut soulever des montagnes. 

Je pousse une fois. Je sens qu’il descend. 2 fois. Je sens clairement sa tête presque sortie c’est fou. 3 fois c’est la bonne ! Je l’attrape sous les bras, comme je le souhaitais et comme je l’avais fait pour ma fille. Et je le prends tout contre moi. Dans un calme absolu. 

Il est beau, grand. Tout rose. Pas ensanglanté ni couvert de vernix. Il pleure tout de suite. Moi et le chéri le regardons, tout sonnés et émerveillés. Nous ne pleurons pas. Les choses se sont faites si naturellement, si calmement. Pas d’effusions, ce n’est pas notre genre. Juste une sérénité incroyable. Et un amour si fort qui nous transporte tous les trois.

Il est 8h36, le soleil se lève. Je pense à ma fille. Elle doit venir de se réveiller. Et la voilà grande soeur. Quel bonheur. 

Par la suite, j’aurai une petite complication. Une hémorragie qui sera très vite prise en charge par le personnel tout de suite après la naissance. Un moment un peu stressant car ils m’ont enlevé bébé et ont évacué le chéri. Mais ça n’aura duré que 30min. On m’a vite remis mon bébé dans les bras pour la tétée. Encore un moment magique et le début d’une nouvelle aventure. 

Je réalise la chance que j’ai d’avoir un bébé en bonne santé, et d’avoir été bien prise en charge moi-même. Je réalise que c’est un vrai cadeau de la vie d’avoir un enfant. Je réalise qu’un 2ème, c’est tout aussi magique qu’un premier. Je ne peux qu’être reconnaissante de cette chance que j’ai d’être à nouveau maman. 

Mon petit bonhomme, mon beau garçon, mon amoureux, mon cadeau d’automne…❤  

Des créations trop mignonnes pour bébés/enfants avec Créa’Jade Couture [+concours]

Aujourd’hui je vais vous parler d’une créatrice d’objets craquants pour bébés et enfants (et avouons-le qui font aussi plaisir aux mamans !).

 Elle s’appelle Perrine et a crée « Créa Jade Couture ».

 C’est en surfant sur Twitter que j’ai fait sa connaissance. J’ai tout de suite craqué pour ses créations faites-main à petits prix et j’ai passé ma commande (un bavoir et une bouillotte).

Je vous laisse la découvrir grâce à cette petite interview ☺

Bonjour Perrine, peux- tu te présenter ?
Coucou les filles, moi c’est Perrine, j’ai 29 ans et j’ai deux enfants; une petite fille de 4 ans qui s’appelle Giulia et un petit gars de 7 mois qui se prénomme Noah.J’habite dans le sud de la France mais je suis originaire de Lille où j’y ai vécu 20 ans . Je travaillais en tant qu’assistante administrative jusqu’à ce que je me découvre une passion dévorante !

Comment est né Créa Jade Couture ? 
Créa’Jade Couture est née grâce à mon mari . C’est lui qui m’a poussé à essayer la couture en juillet de l’année dernière quand je suis tombée enceinte de mon garçon. Et de là est née une complicité avec la couture. Et de fil en aiguille ma maman m’a appris les bases et je ne me suis plus arrêtée! Ma famille, mon entourage ainsi que ma petite voisine m’ont encouragé à continuer et de là est née Créa’Jade Couture.

Quels produits proposes-tu sur le site?
Mes créations sont essentiellement des produits destinés au quotidien des bébés et des mamans. Je prends un plaisir fou à choisir mes tissus et à concocter ces petites merveilles qui naissent de ma machine ! On peut trouver des bavoirs, des protège- carnets de santé, des bouillottes, des doudous, des attache-tétines, des trousses, des pochettes…

Quel est le produit préféré de ta collection ?
Je crois que mon produit phare est la bouillotte sèche au graines de lin bio ; même si l’attache tétine avec le range tétine est bien placée aussi !!

Et enfin, question piège, quelle maman es-tu ?
Oulala ! Joker ! Non je plaisante , il est difficile d’avoir un regard objectif de soi mais je pense être une maman prête à tout pour mes enfants. Je suis très câline avec eux .Ils ont changé mon regard sur la vie et ils sont devenus ma priorité. Je suis très proche de ma fille et la protège parfois un peu trop ! Papa est d’ailleurs là pour me le rappeler parfois ! Mais je sais être dure aussi car l’éducation est très importante pour moi . Tout est une question d’équilibre et j’essaie de faire de mon mieux pour apprendre les valeurs qui me tiennent à coeur ! Voila les filles , j’espère que ce petit bout de moi vous a plu et que vous ressentirez dans mes créations le plaisir et la passion que j’ai à les concevoir !

Voici quelques photos de ses créations (le reste est sur son site ici)

Et nous avons une surprise pour vous !!

 Un concours pour gagner un attache-tétine avec range-tétine intégré. Vous aurez le choix entre les deux tissus présentés (ours ou fusée)

14699929_10210655464168374_1626746773_n

 

Les conditions de participation sont simples :

  • Me suivre sur ma page FB (ici)
  • Suivre Perrine sur sa page FB Créa’Jade Couture (ici)
  • Une chance supplémentaire si vous partagez le concours sur Facebook
  • Compléter le questionnaire suivant. 

Le concours commence dès maintenant et se clôturera le dimanche 23 Octobre. 

A vous de jouer🙂

Edit : Ca y est nous avons une gagnante ! Excusez-moi pour le retard, la famille s’est agrandie entre-temps et je n’ai pas pu assurer les délais annoncés. Encore pardon. Merci à tous d’avoir participé, on se retrouve très vite pour un prochain concours !

collage creajade.jpg

Laura félicitations ! Perrine va te contacter prochainement par mail pour que tu choisisses le tissu que tu souhaites🙂