Gérer son enfant quand on est enceinte

femme01.jpg

Ma fille a 3 ans, je suis enceinte de 7 mois … Et je n’avais pas du tout pensé aux problèmes que ça pourrait engendrer, mais alors PAS DU TOUT

Ce sont les vacances d’été, le chéri a eu ses 2 semaines de congé réglementaires, moi je suis en vacances scolaires pour les 2 mois (ah ces profs, c’est tout le temps en vacances… oui oui j’ai deviné ce que vous pensiez, on me le dit tellement souvent…!)

J’ai donc passé presque 1 mois et demi en tête à tête avec ma fille.

Au début, tout s’est bien passé. Puis, quelques soucis de santé liés à la grossesse m’ont obligée à ralentir le rythme … Je dois me ménager, sinon j’ai des douleurs ligamentaires insupportables qui me bloquent le bassin et m’empêchent de bouger. 

Me ménager … Hum … Comment je fais avec une petite puce bondissante de 3 ans qui saute partout et parle tout le temps ? 

La chaleur s’ajoutant (faut savoir qu’à partir de 25°C degrés je meurs… Alors là avec les 36°C à l’ombre, je ne vous raconte pas…!), j’évite de faire de grosses sorties et de prendre la voiture trop souvent (trop peur d’avoir un malaise en conduisant). 

Je dois donc l’occuper à la maison et me reposer.
Equation im-po-ssible.

Je vis donc de grands moments de solitude :

  • Lorsqu’elle explose son coffret de perles par terre et que je dois les ramasser (oui je lui demande de m’aider, oui elle le fait, oui elle en range 4 et me laisse ramasser les 50 autres…)
  • Lorsque je viens de me poser sur le canapé et que j’entends « maaaaaman z’ai fait caca ! Tu viens m’essuyer? »
  • Lorsque je m’apprête à faire une micro-sieste et qu’elle a décidé de ne pas faire la sienne
  • Lorsque je dois lui attacher ses chaussures et que je n’arrive pas à me relever
  • Lorsque je dois récupérer son doudou qui est tombé sous le canapé
  • Lorsqu’elle parle, parle, parle (tout le temps) alors que j’ai besoin de silence et de calme
  • Lorsqu’elle veut être portée car « ze suis encore un peu un bébé maman »
  • Et lorsque le chéri arrive à 19h, je sens que le calvaire va enfin s’arrêter … Mais non ! Car il est également « épuisé » de sa journée et n’a plus d’énergie pour s’en occuper (je vous rassure, je lui souffle un peu dans les bronches et il finit en soupirant par lui donner son bain… Faut pas déconner non plus!^^)

Bref, j’en parle ici avec le sourire, mais je vous avoue avoir craqué plus d’une fois. Dans ces moments, je me sens la plus mauvaise mère du monde (et je me dis « et en plus tu recommences! »). Je me sens handicapée, lourde, douloureuse, fatiguée, je râle, je perds patience et le moral chute. Et puis dès que je me sens mieux, je me remets en action, je relance mes projets … Jusqu’au prochain coup de mou.

Qui a dit que la grossesse était un moment épanouissant ? Le prochain que j’entends me dire ça … Je lui fais bouffer mes bas de contention ^^ (oui j’en ai, non je ne les mets jamais)

Cet article ne donne aucun conseil, aucune astuce (désolée…). Par contre, je suis preneuse si vous avez des idées pour améliorer ma situation (j’ai encore 2 mois à tenir…).

sélection Hellocoton

La préparation à l’accouchement : est-ce bien utile ?

WP_20160101_10_04_30_Pro

Lorsque l’on est enceinte, on a le droit à 8 séances de préparation à l’accouchement, remboursées par la Sécurité Sociale. Elles visent à préparer au mieux les mamans (et les papas) à ce moment si important. Elles ne sont en revanche pas obligatoires. Elles se font auprès d’une sage-femme à l’hôpital ou dans un cabinet privé. On les commence au  7 ème mois de grossesse. Il y a des séances théoriques et des séances plus pratiques. 

Il existe différents types de préparation à l’accouchement. Voici les principales :  

  • l’haptonomie : qui permet par le biais du toucher d’entrer en contact avec son bébé, aussi bien pour la maman que le papa
  • l’acupuncture : qui a pour but d’apaiser la maman sur la fin de la grossesse
  • la sophrologie : qui utilise des techniques de relaxation et de pensée positive
  • la fasciathérapie : technique de massage pour apaiser et supprimer les douleurs
  • la méthode Bonapace : grâce à des points d’acupression, le père peut aider la future maman à soulager ses douleurs et à aider le travail le jour J.

La méthode que j’ai choisie pour ma fille
J’avais opté pour la sophrologie chez une sage-femme libérale près de chez moi. Les séances théoriques étaient vraiment intéressantes, car elle nous a détaillé concrètement les étapes de l’accouchement. Nous étions 3 couples et nous pouvions également échanger sur nos craintes, nos attentes. 

Pour les cours plus pratiques, les papas étaient absents. La sage-femme nous recevait sur des gros coussins, musique douce, paroles apaisantes, pensées positives. J’adorais ces moments qui me relaxaient beaucoup, d’ailleurs je m’endormais souvent…!

Est ce que cette méthode m’a aidée le jour J ? 
Pour être honnête, pas vraiment. Je pense que la sophrologie et la relaxation ne s’apprennent pas en 8 séances, c’est plutôt un art de vivre. Lors de mon accouchement, je ne me suis pas du tout servie de ce que j’avais appris, j’ai complètement oublié. De plus, le papa s’est senti très frustré de ne pas pouvoir m’aider à gérer. Il s’est trouvé inutile (ce qui n’était pas le cas…!). 

Et pour cette grossesse ? 
Forte de ma petite expérience, je me suis dit que je ne retenterai pas la sophrologie. Souvent, lors d’un 2ème enfant (ou plus) les mamans zappent la préparation à l’accouchement car elles savent un peu plus ce qui les attend. Mais moi je tenais vraiment à la faire. C’est un moment important je trouve, que je réserve spécialement à mon bébé. Et puis on rencontre d’autres couples dans la même situation que nous et ça fait bien d’échanger ! 

Quelle méthode cette fois? 
Nous souhaitions une méthode qui implique un peu plus le papa. Nous avons choisi la méthode Bonapace, dans un cabinet libéral. C’est UN sage-femme qui nous a reçu et pour le moment, je ne suis pas déçue ! L’approche a l’air super intéressante, le bonhomme est sympa et drôle… Bref je vous raconterai au fur et à mesure ce que donne les séances. 

Et vous les mamans ? Quelle méthode avez-vous choisie ? 

Quel matériel prévoir pour la petite section ?

fournitures petite section

Lorsqu’un enfant commence l’école, il faut penser à prévoir un peu de matériel spécifique.

En tant que maîtresse de petite section, je fournis une petite liste de « fournitures » aux parents le jour de la rentrée. Je me suis dit que ça pourrait vous intéresser donc je vous la livre !

  • Un sac à dos

Bien pratique pour transporter le petit matériel de son enfant,ainsi que pour y ranger le cahier de vie. Je recommande un sac à dos qui permet au moins de loger un petit cahier (17 x 22cm). Il doit être confortable pour l’enfant, marqué à son nom (surtout si c’est un cahier « Cars » ou « Reine des neiges » ^^).

  • Des chaussons

Nous en demandons dans mon école pour les séances de motricité afin que les enfants soient plus à l’aise dans leurs déplacements. L’idéal est de choisir des chaussons très souples, faciles à mettre et enlever. Les plus adaptés sont les chaussons mous en cuir ou chaussons de gym (ceux de Décathlon sont très bien et pas très chers).

  • Des vêtements de rechange

C’est important de prévoir une tenue complète de rechange (adaptée à la saison) en cas d’accidents ou de sauts dans les flaques … ^^ Ne pas oublier les chaussettes, on en a souvent besoin ! 

  • Doudou/tétine

Pour les enfants qui en ont besoin à la sieste, ou que ça rassure. Personnellement j’autorise les doudous dans la classe quand ils arrivent. Et sans rien faire, ils les abandonnent assez rapidement pour pouvoir jouer avec les copains🙂 Pour les tétines, certains en ont besoin à la sieste, en revanche je préfère qu’ils les enlèvent pendant les temps de classe. 

  • Un goûter

Cela concerne uniquement les enfants qui vont à la garderie. Ils emmènent en général dans leur boite à goûter une compote ou un fruit et un gâteau. 

  • Une blouse

Pour les activités de peinture, je demande aux parents de prévoir une blouse pour leur enfant que je leur rends aux vacances pour les laver. Les plus pratiques sont celles en tissu (celles en plastique gênent un peu les mouvements de l’enfant) lavables en machine et surtout à manches longues (sinon ça ne sert pas à grand-chose ^^). 

  • Un sac de couchage

Pour les enfants qui dorment à l’école l’après-midi, les parents prévoient un sac de couchage que nous leur rendons régulièrement pour le lavage. C’est pratique, ils sont bien au chaud et confortables dans leur petits lits. Par contre, en en cherchant un pour ma fille, je me suis rendue compte que ce n’était pas facile à trouver ! Il en existe des pas trop chers à Décathlon et d’autres sur le site Luciole et Cie (vraiment adorables et d’excellente qualité mais plus chers). 

  • Des mouchoirs

Bien qu’on en prévoit des kilos en début d’année, il en manque toujours. Un petit paquet de mouchoirs dans le sac à dos peut sauver des vies … Oui Oui😉

 

Voilà, je pense avoir fait le tour du matériel de rentrée (en tout cas de celui que je demande). 

Il est important d’inscrire le prénom de son enfant sur le matériel « susceptible d’être perdu » (sac à dos, manteau, pulls, écharpe, bonnet, chaussons…) car à cet âge les enfants ont parfois du mal à savoir ce qui leur appartient. Et les enseignants ne retiennent pas tout (même si on est très forts ! ^^)

Surpoids et grossesse

Etre enceinte, c’est accepter de voir son corps se modifier, s’élargir. C’est voir les kilos s’accumuler. Et lorsqu’on est en surpoids à la base c’est particulier. 

C’est mon cas. Ayant des réserves, les kilos de grossesse se répartissent différemment. Mon ventre est moins visible que chez des femmes minces. D’ailleurs, plusieurs personnes ont été étonnées quand je leur ai annoncé que j’étais enceinte, même au 5ème mois… 

Pour ma fille, j’ai pris 14kg (dont la moitié sur le dernier trimestre). J’avais déjà 15 kilos de trop avant la grossesse. J’ai plutôt bien vécu la prise de poids. J’étais en bonne santé, je bougeais beaucoup jusqu’au dernier moment… J’ai aussi été très bien entourée par des personnes qui ne me jugeait pas (ma famille, mes amis, mon docteur, la sage-femme…). Je n’ai eu aucune réflexion désobligeante. 

Sauf une fois. Un anesthésiste de l’hôpital. Rdv avec lui à 8 mois de grossesse pour parler de la péridurale. Je ne l’ai vu qu’une fois. Rdv très bref. Il regarde mon dossier, me pèse, me fixe dans les yeux et me dit :

« Je ne vous apprends rien si je vous dis que vous êtes obèse (ce qui médicalement parlant était faux). Vous n’avez pas pris excessivement de poids pendant la grossesse mais c’est avant qu’il aurait fallu vous bouger. Maintenant c’est trop tard, il va falloir faire avec, n’est-ce pas? »

Je pensais que je n’aurais pas accès à la péridurale.

« Si si ma p’tite dame ! Pensez donc, j’arrive même à poser des péridurales sur des femmes de 140kg. Je vous cache pas que c’est l’horreur pour moi, mais je fais avec ce qu’on me donne… ».

Je suis sortie du rdv choquée, puis j’ai fondu en larmes. Je me sentais tout à coup grosse et laide comme jamais. 

Ma mère, il y a presque 30 ans s’était entendue dire « on n’enfante pas dans la graisse »… Pas mal non plus pour l’image de soi…

Malheureusement, des paroles comme ça sont encore monnaie courante, surtout dans le milieu médical. On se sent limite inconsciente de porter un enfant dans notre « situation ». 

A ce jour, mon poids n’a jamais occasionné de problème de santé ni pour moi, ni pour mon bébé. Je suis comme je suis, et si jamais j’entends à nouveau ce genre de remarque, je crois que j’aurais cette fois la force de répondre et de remettre la personne à sa place. On ne doit pas se laisser traiter comme ça, c’est inacceptable
Est ce qu’on embête autant les futures mamans maigrissimes ? Ou celles qui fument pendant la grossesse ? Je ne crois pas… 

Alors qu’ils nous laissent profiter de notre grossesse, c’est notre corps, il nous appartient après tout !

Avez-vous eu vous-mêmes les mamans, des remarques sur votre poids pendant la grossesse ? Comment l’avez-vous vécu ? Comment avez-vous réagi ?  

Mes lectures préférées de maman

Avant de commencer cet article, je tenais à m’excuser de mon absence sur le blog.
J’ai eu quelques soucis de santé qui m’ont amenée à être hospitalisée. Je vais mieux depuis. Plus de peur que de mal … 

Je vous livre aujourd’hui les différentes lectures qui m’ont été utiles (et qui le sont encore) depuis que je suis maman. 

lectures de maman.jpg

Durant la grossesse

C’est un bouquin ENORME de 500 pages. Il est très complet et détaille mois par mois l’évolution de la grossesse. Je n’ai pas tout lu mais j’aime bien savoir où en est mon bébé, son poids, ses nouvelles capacités, son développement. Il nous aiguille aussi sur les différentes étapes du suivi de grossesse en fonction de son avancée. Il m’est un peu moins utile que pour ma fille (car je me souviens quand même de plein de choses) mais c’est un peu la bible de la grossesse. De plus il y a un petit disque de grossesse qui permet de savoir à quelle semaine on en est (semaine de grossesse/ d’aménorrhée… Le truc qu’on ne comprend jamais), quand on doit passer les échos… 

Mon frère me l’a offert quand j’attendais ma fille et je suis fan ! C’est une bande dessinée écrite par Mademoiselle Caroline, qui raconte la vie d’une future maman du jour où elle apprend sa grossesse jusqu’à son accouchement. C’est à mourir de rire ! Je pense que j’aurais pu l’écrire (si je savais mieux dessiner…) tellement le personnage me ressemble. Bref, une bande dessinée qui permet de dédramatiser la grossesse et d’en rire. A offrir aux futures mamans angoissées ! 

Quand bébé est là

Là encore, un livre que mon frère m’a offert avant d’avoir ma fille. C’est un livre plein de conseils pour les jeunes mamans. Les chapitres sont organisés par thématique, et franchement il m’a beaucoup aidé pour la première année de ma fille. On se pose beaucoup de questions à la naissance d’un enfant (surtout le premier) et il reprend vraiment tous les thèmes de la prime enfance. En plus de ça, il est illustré de façon humoristique et se montre très rassurant. Il y a plein de petites parties à remplir soi-même (par exemple un tableau de diversification alimentaire à cocher). C’est vraiment un guide pratique et sympa à utiliser. 

Je ne sais plus comment j’ai trouvé ce livre, je crois qu’on me l’avait conseillé. Il est absolument génial car il aide à comprendre le rythme de sommeil de l’enfant de sa naissance à son adolescence. Il rentre vraiment en profondeur dans le sujet et donne des conseils très précis et intelligents pour améliorer des situations compliquées. Je crois que c’est vraiment mon livre préféré et celui que je conseillerais à toute maman (ou papa) fatigué(e). Une mine d’or, vraiment. 

Un livre qu’on m’a offert récemment. Je m’intéresse au courant Montessori pour ma classe mais aussi pour ma fille. Ce livre retrace les grandes orientations de l’éducatrice italienne. Il ne propose pas de trucs et astuces ou de conseils pratiques mais explique son approche personnelle et sa vision du développement de l’enfant. Je pense que c’est un essentiel à avoir (si on est intéressé par Montessori bien sûr). Il est bien sûr à replacer dans le contexte de l’époque.

Voilà pour mes essentiels ! J’en cherche aussi concernant la diversification alimentaire (car je n’ai pas super bien géré avec ma puce) alors si vous avez des choses à me conseiller, n’hésitez pas !