Retour et avis sur « Les quatre accords toltèques »

Cet été, je me suis intéressée un peu plus au développement personnel. J’écoute depuis un moment les podcasts dEsther Taillifet que je trouve très inspirants, tout comme ceux de Clothilde Dusoulier. J’ai découvert grâce à elles le livre « Les Quatre accords Toltèques » écrit par Don Miguel Ruiz que je me suis acheté le mois dernier.

L’auteur nous délivre, en s’appuyant sur les enseignements de chamans mexicains, un code de conduite nous permettant de transformer notre vie en une « expérience de liberté, de vrai bonheur et d’amour ».

Pour cela il nous explique que nous sommes tous victimes de pensées et de croyances limitatrices qui nous empêchent d’accéder au bonheur. En gros, nos préjugés, nos idées préconçues qui nous viennent de la société, de notre éducation, de notre famille, des médias…

Il nous conseille alors d’évacuer ses pensées et pour inverser la tendance, il nous propose de suivre 4 accords.

Accord 1 : La parole impeccable

Lorsque nous parlons, souvent, nous jugeons. Très souvent même. Une parole impeccable est une parole vraie, sans jugement de valeur, qui n’influencera personne. Donc, lorsqu’on parle, on doit le faire le plus objectivement possible. Ainsi, on agit de façon neutre, sans influencer les gens, sans transmettre des rumeurs, des jugements. Ruiz parle de « magie blanche » contre de la « magie noire ». Pour lui, lorsqu’on émet des jugements auprès des gens, on disperse de la magie noire, une sorte de virus en quelque sorte qui va se diffuser tout autour de nous. Alors que quand nous employons une parole impeccable, c’est de la magie blanche, donc positive que nous transmettons.

Mon expérience:
Après avoir lu ce chapitre, j’ai tenté d’utiliser le plus possible la parole impeccable. Je préviens qu’à la base, on me trouve gentille voire « trop » gentille. Je suis quelqu’un qui ne critique pas beaucoup et qui déteste les histoires ou les rumeurs. Donc je pensais que cet accord serait « easy » à suivre. Et bien pas du tout ! Je me suis rendue compte que je jugeais beaucoup, plus que je ne le pensais. Alors pas forcément sur des choses importantes, mais quand même. Le genre de phrases « oh bah il est toujours en retard », « ma fille râle tout le temps« , « mon conjoint oublie tout« , ou même à propos de moi « je n’arriverai jamais à m’organiser » sont des exemples de jugements hâtifs, de généralisations qui ne sont clairement pas vraies ni objectives. Ruiz explique d’ailleurs que c’est normal et humain mais qu’il faut absolument éviter de verbaliser ces jugements aux autres. On a le droit de les penser mais on les garde pour soi !

 

Accord 2: N’en faites pas une affaire personnelle

Lorsqu’on nous critique ou même au contraire qu’on nous complimente, on ne doit pas en faire une affaire personnelle. On critique notre laxisme ou notre autorité avec nos enfants ? Il faut s’en détacher, prendre les choses avec recul, de loin, comme si elles ne nous concernaient pas. Les gens qui critiquent n’ont pas la parole impeccable (cf plus haut) et on ne sait pas ce qui se passe dans leur tête. Donc c’est impossible d’analyser le pourquoi du comment et c’est très bien comme ça car cela ne nous regarde pas. Il faut laisser glisser, prendre de la hauteur. Et trouver en nous cette confiance qui fera que nous n’avons pas besoin de l’amont des gens pour savoir ce qu’on vaut. La même chose s’applique pour les compliments. C’est certes très agréable d’en recevoir, mais on n’en a pas besoin car on sait qu’on est quelqu’un de bien, on connait nos valeurs.

Mon expérience:
Certainement l’accord le plus difficile à suivre. Je n’ai pas vraiment confiance en moi, du coup j’ai souvent besoin de l’avis des gens pour me rassurer. La lecture de ce chapitre a vraiment fortement raisonné en moi. J’y repense souvent lorsque je sens que les gens ne sont pas d’accord avec moi ou me font des critiques (qui restent toujours peu virulentes mais qui ont malgré tout tendance à vite me faire douter). Et cette prise de conscience m’aide à voir les choses totalement différemment. 

 

Accord 3: Ne faites pas de suppositions

Cet accord va de pair avec l’accord 1. On imagine que les gens fonctionnent comme nous. Par exemple, on croit que notre partenaire sait ce qu’on veut. On est persuadé, qu’après un certains temps de vie commune, il nous connait par cœur. Du coup, lorsqu’il ne nous donne pas ce que l’on veut (du temps, de l’attention, un cadeau à notre fête, une carte pour la St Valentin ou que sais-je encore…), on est blessé, déçu. Finalement, chaque personne fonctionnant différemment, on ne peut pas se mettre à sa place et savoir ce qu’il/elle pense. Si on ne verbalise pas nos souhaits, il/elle ne va pas forcément les deviner. On ne peut pas lui en vouloir de ça. Les suppositions , chez l’être humain, nous donnent des réponses et nous rassurent, c’est ainsi. Mais il faut être conscient que les gens (et même nos proches, nos familles, nos enfants, nos conjoints…) ne voient pas la vie comme nous.
Il faut éviter également les suppositions sur nous-même car elles sont parfois (voire souvent) fausses, ce qui provoque un conflit intérieur.
Enfin, il est important d’enlever de sa tête les pensées du type « mon amour va transformer cette personne ». C’est faux. Chacun est comme il est, et l’amour des autres n’y changera rien. Il n’y a que cette personne qui peut se transformer.
Donc au lieu de faire des suppositions, il ne faut pas hésiter à poser des questions pour être sûr d’avoir compris ce que pensait l’autre, et verbaliser également nos envies, nos souhaits, nos ressentis.

Mon expérience:
Un accord utile notamment dans le couple. Je suis la première à supposer que mon conjoint va se rendre compte des moments où je ne me sens pas bien, va venir me parler, me rassurer, me proposer des solutions… Et souvent il est préoccupé par plein de choses extérieures et ne se rend pas forcément compte de mes coups de mou. Et donc, il n’agit comme j’aimerais. Maintenant, je verbalise beaucoup auprès de lui, et tout est plus simple comme ça. Je lui ai demandé la même chose. Ah… la communication dans le couple… Vaste sujet hein…!

 

Accord 4: Faire de son mieux.

Il faut faire de son mieux, ni plus, ni moins. Si on fait moins, on ressent de la culpabilité, du regret, et on se juge mal personnellement. Si on fait trop, on se vide de son énergie, on agit contre soi et il nous faudra beaucoup plus de temps pour atteindre notre but. En gros, c’est comme une course. Si on n’avance pas assez, on peut vite se sentir nul, incapable. Si on démarre trop fort, on grille nos batteries et au final on risque de ne pas arriver à atteindre la ligne d’arrivée.

Mon expérience:
Un accord qui fait beaucoup de bien à lire! Je fais partie des gens qui en font « trop » (comme dit ma maman, « tu ne t’arrêtes jamais, tu en fais trop ». Maman si tu me lis, tu as raison!). Ce n’est pas facile d’agir différemment lorsqu’on est habitués à fonctionner ainsi mais en effet, je suis persuadée que c’est essentiel au bonheur. Trouver le bon équilibre. Je n’ai pas encore assez de recul sur la mise en oeuvre de cet accord, mais je le garde dans un coin de ma tête et je compte bien m’y atteler !

 

Pour Ruiz, il faut respecter au maximum ces 4 accords. L’erreur étant malgré tout humaine, on n’a le droit de se planter et de revenir vers nos anciens démons. Ce n’est pas grave c’est humain,  le jour d’après on reprend les accords en main. Et petit à petit, à force de pratique, des habitudes vont se créer, s’ancrer en nous. Vivre simplement, un jour à la fois.
Il insiste également sur l’importance de briser nos vieux accords, les paroles qu’on nous a dites et qui nous font encore du mal « tu n’y arriveras jamais », « tu seras toujours grosse », « tu chantes comme une casserole », « tu es tellement têtu! » et autres remarques du genre. On les enlève de nos têtes et on retrouve notre pouvoir personnel.
On contrôle un peu plus nos émotions. Cela veut dire qu’il ne faut pas les réprimer mais seulement les refréner (c’est a dire les contenir puis les exprimer au bon moment). On trouve une posture de guerrier spirituel, on croit en nous. 

Bilan:
Voici mon résumé (long mais j’avais tellement à cœur de vous parler de tout ça). Le livre est passionnant, utile, et plein de vérités. Si comme moi, le développement personnel vous intéressent, je vous invite vivement à lire cet ouvrage. Il est facile et rapide à lire. Un dernier chapitre aborde la question d’un point de vue plus religieux (qui ne m’a pas particulièrement passionné). Mais, cela ne gène pas la lecture et ne joue pas sur le reste du livre.

Je le conseille donc vivement !

4 accords toltèques

Publicités