L’envie de devenir grande et de rester petite à la fois…

WP_20160529_11_56_55_Pro

Autour des 2-3 ans, les enfants progressent énormément en autonomie. Ma fille est dans cette période du « je veux faire toute seule ». Elle ne veut pas qu’on l’aide sur certaines choses (notamment ce qu’elle ne réussit pas à faire seule… Et là, il faut être trèèès patient!).

Elle veut s’habiller seule, ranger les courses seule, arroser les plantes seule, casser les œufs quand on cuisine seule (et qui est-ce qui repêche les coquilles…? Hum).

Elle n’a pas peur de s’éloigner de nous quand on sort à l’extérieur, elle peut partir avec n’importe quel inconnu… Elle se montre très (trop) indépendante !

Depuis quelques temps, j’ai comme le sentiment qu’elle régresse sur certaines choses. Par exemple mettre ses chaussures, faire des puzzles simples, regarder des livres seule, dessiner… Elle veut que nous l’aidions, que nous soyons avec elle. Alors que finalement elle n’a pas besoin de nous sur ces choses-là.

Je pense qu’elle est partagée entre l’envie de grandir et celle de rester petite pour continuer à avoir la présence et l’aide de ses parents

Ce n’est pas toujours évident à suivre car elle peut passer de l’un à l’autre très vite !
– Je mets mes chaussures toute seule !
– D’accord.
– NON MAMAN, tu m’aides !!!

Je la sens dans un entre-deux qui je pense est normal et que j’ai remarqué également chez mes petits élèves. 

Nous essayons de l’accompagner et l’aider tout en la poussant à l’autonomie sur des choses dont elle est capable (pas toujours simple, quand elle commence à faire une crise !). 

Dans ces paroles aussi, on voit qu’elle est parfois un peu perdue :

  • Maman, attends-moi ! Ne m’oublie pas ! 
  • Maman, j’ai pas besoin de toi, je pars toute seule!
  • Je suis trop petite pour faire, tu dois m’aider …
  • Non ! Ne m’aide pas !
  • Je suis grande moi ! 
  • Je suis encore un peu un bébé…

C’est un peu la surprise tous les jours, difficile d’anticiper les choses. Alors on s’arme de patience, on la laisse un peu criser quand elle abuse. On fait partie des parents qui prônent l’éducation positive. Mais comme on est humain, certains jours, on crie et on s’énerve, même si on évite au maximum. 

Certaines journées sont très faciles alors que d’autres sont épuisantes. Heureusement qu’elle fait encore de grosses siestes et de bonnes nuits, car parfois on en sort complètement cuits ! 

Je serais curieuse d’avoir vos témoignages, vos expériences concernant le sujet. 

Avez-vous vécu cela avec votre/vos enfant(s) ?

 

Publicité