Moi et mon stress de maman

6tag_300815-114628.jpg

Avant ma fille, je pensais savoir ce que c’était d’être stressée, stressée pour le permis, les examens, le travail, le manque de sous … 

Et puis quand elle est née, passée la vague d’émotions, il y a eu la vague de stress. Énorme, foudroyante, plus forte que tout ce que j’avais connu. Peur de tout pour elle. L’accident, la maladie, la souffrance. Peur de mal m’en occuper, de rater de choses, de commettre des erreurs.

Pour être honnête, 2 ans et demi après sa naissance, j’ai toujours ce stress en moi. Heureusement j’ai appris à le gérer, le dompter, le canaliser. 

Désormais je suis plus « relax ». De toute façon je n’avais pas le choix : c’était simplement intenable pour moi (et pour elle) de vivre dans cette angoisse constante. Je ne voulais pas gâcher nos moments de bonheur à m’angoisser pour d’hypothétiques problèmes à venir.

Comment j’ai fait ? 

Et bien, déjà j’ai essayé de me persuader que j’étais une bonne maman.
Rien que ça…
Et surtout j’ai changé ma définition que j’avais de la bonne maman.
Car il était là le problème.
Pour moi, une bonne maman était une maman sans faille, sans faiblesse, droite dans ses bottes, qui ne change pas d’avis et qui est constamment sûre d’elle et de ses choix. 

Alors une fois que je me suis détachée de cette image de la mère parfaite, j’ai commencé à souffler. Et quand ça ne va pas, j’ai quelques petits trucs qui m’aident.

  • J’essaie de relativiser en me posant la question « est ce que ce problème te paraîtra grave dans un an? » (euh… Ma puce qui ne veut pas manger de goûter… Dans un an… On s’en fichera en fait! Donc pas grave.)

  • Parfois je m’isole quelques minutes dans une pièce au calme (mes toilettes ^^) pour essayer de me détendre un peu

  • Je ne charge pas trop mes journées. C’est terrible de finir sa journée en se disant « je n’ai pas fait çi… Je n’ai pas fait ça… »

  • Je me dis que j’ai le droit de me tromper. On est humain et ce n’est pas parce que je laisse ma puce 30 minutes devant la télé qu’elle deviendra un légume écervelé. Ni une anorexique si je ne l’oblige pas à finir ses repas…

  • Je n’oublie pas que je ne suis pas seule, j’ai mon mari, ma maman, ma sœur, mon frère, mes amis… Ils me connaissent et je peux leur parler et compter sur eux quand ça ne va pas. Et ça fait un bien fou de se savoir entouré des bonnes personnes.

  • Et puis j’ai ce blog bien sûr qui me permet de raconter, d’échanger et qui m’a permis de rencontrer plein de gens chouettes qui vivaient des choses similaires aux miennes. Parler à des mamans qui se posent les mêmes questions que moi ou qui me donnent des conseils … Un vrai bonheur

Il y a des jours, où malgré tout le stress m’envahit, me déborde totalement. Alors j’attends, je prends mon mal en patience car je sais que ça ne durera pas. Je laisse l’émotion passer. Je commence à me connaître maintenant (les avantages de la vieillesse !!!). 

Je vous laisse sur cette citation que vous devez probablement connaître mais qui me parle plus que tout ! 

audrey Hepburn

Et vous ? Comment vivez-vous le stress d’être maman? 

Publicités