Le choix du roi ? Pffff

L’expression « le choix du roi » fait en fait référence au Moyen Age, à l’époque où la France était encore un royaume dirigé par des souverains. Lorsqu’un couple royal avait un garçon, cela permettait d’assurer la lignée et de faire perdurer le nom de la famille. Les femmes n’avaient en effet pas le droit de régner sur le pays. Les familles royales souhaitaient donc à tout prix avoir un garçon, et si possible en premier, pour être certaines que quelqu’un de la lignée pourra régner plus tard. Le fait d’avoir une fille en deuxième permettait de lui trouver un riche mari afin que la famille soit encore plus puissante qu’elle ne l’était déjà.

Aujourd’hui encore, lorsqu’un couple a un garçon en premier, puis une petite fille, l’entourage à tendance à parler de « choix du roi », comme pour faire référence à un modèle de famille idéale, un schéma à absolument reproduire pour être heureux. Lorsque c’est la petite fille qui est l’aînée et qu’elle a un petit frère, on parle alors de « choix de la reine ».

Texte provenant du site superparents.fr

Donc, chez nous, ce n’est pas le choix du roi que nous avons eu, mais celui de la reine. Voilà pour la précision 🙂

Je vais vous raconter une anecdote qui m’est arrivée il y a quelques jours.

J’étais au supermarché avec mes enfants. A la caisse, une dame derrière nous  s’intéresse à eux. Elle leur demande leur prénom. Evidemment mon fils trop petit, ne lui répond pas. C’est donc moi qui lui dit et nous commençons à discuter.

–  Ils sont bien mignons vos enfants!
– Merci
– Et puis un gars et une fille en plus !
– …
– Quelle chance vous avez d’avoir les deux. Moi je n’ai eu que des garçons. J’étais tellement déçue à chaque fois…
– Vous ne vouliez pas de garçon ?
– Si un. Mais après je voulais une fille. Et puis j’ai eu un autre garçon. Alors on a recommencé. Et j’ai eu encore un garçon. Alors on a arrêté, on a laissé tomber. On avait trop peur d’une nouvelle déception.
– …Ah…

Je n’ai pas trop su quoi répondre à la fin. Je peux comprendre qu’elle ait eu envie d’avoir une fille. Mais le mot « déception » et le mot « peur » sont forts je trouve.
Alors évidemment, je ne peux peut-être pas comprendre ce qu’elle a ressenti vu que je n’ai pas vécu la même chose.

Mais je crois que vraiment, si j’avais eu deux enfants du même sexe, ça n’aurait rien changé pour moi. J’aurais été contente de les accueillir, fille ou garçon.
Peur d’avoir un enfant en mauvaise santé, oui. Peur d’avoir un garçon ou une fille alors qu’on rêve de l’autre, non.

On a souvent une préférence, mais de là à vivre les choses de façon aussi dramatique (alors que notre enfant est en bonne santé), je ne comprends pas.
Le souci, c’est qu’on a l’impression qu’on peut tout gérer, tout contrôler dans nos vies. Sauf que l’arrivée d’un enfant c’est tout sauf ça. Ce n’est pas nous qui décidons si ce sera un garçon, une fille, s’il aura les yeux bleus, verts, noirs, les cheveux raides ou frisés… Et c’est très bien comme ça (sinon bonjour les abus…!).

Nos enfants sont comme ils sont, comme on l’avait imaginé ou pas du tout. Mais ce sont de toute façon les plus beaux pour nous, parents, ça c’est une certitude !!

IMG_6005.JPG

Publicités

11 commentaires sur « Le choix du roi ? Pffff »

  1. Intéressant, ton article. Déjà j’ai appris la subtilité choix du roi/choix de la reine, que je ne connaissais pas ! Je n’ai pas ta sagesse, j’ai été déçue d’apprendre que j’attendais une deuxième fille (j’en ai parlé ici http://familleours.com/2017/10/19/cest-bien-les-filles/). Donc je comprends les réflexions de cette dame déçue d’avoir eu des garçons…
    elle a le courage de l’admettre et j’espère qu’elle s’en est remise, tout de même ! Car évidemment l’essentiel n’est pas l et là, surtout si on essaie de lutter contre les stéréotypes de genre !
    Enfin la morale de tout ça, c’est que dans TOUTS les cas de figure, les commentaires des gens sont souvent maladroits, même quand ils sont bien intentionnés ! Puisque personne ne choisit c’est un peu problématique de féliciter ou de plaindre les parents pour quelque chose dont ils ne sont pas responsables du tout!

    J'aime

    1. En effet c’est un sujet délicat, et comme tu dis on ne choisit pas donc c’est compliqué d’encaisser les plaintes, ou de recevoir des félicitations alors qu’on n’y est pour rien.. Merci pour ton commentaire, je file voir ton article.

      J'aime

  2. Tout à fait d’accord avec toi. J’ai entendu la même chose quand j’ai eu mon garçon après ma grande fille, alors que j’aurais été aussi heureuse d’avoir une deuxième fille. Quand j’ai attendu mon 3ème, j’ai entendu « ah bon ? Un 3ème ? Mais tu as déjà une fille et un garçon, pourtant ! » 🤨
    Comme si on ne concevait un enfant que pour avoir un sexe donné.
    Une connaissance aussi ne cessait de s’extasier sur ma fille, petite, et disait à voix haute devant ses fils son regret de ne pas avoir eu de fille. J’ai trouvé ça extrêmement choquant pour le pauvre enfant qui entendait ça à côté. 😲
    S’abandonner un peu, laisser la providence choisir et se réjouir de ce que l’on a, c’est beau aussi !

    J'aime

  3. Ce « choix du roi », je le déteste, et il est tellement présent dans les conversations en 2018 !! Moi je vis le cas inverse, avec mes 2 filles, les gens me plaignent !! Je le prends hyper mal, bien sur, car bien souvent c’est bourré de sous-entendus sexistes… et souvent je réponds de façon tellement sarcastique que ca évite les relous de continuer la conversation

    J'aime

  4. Ton article est très intéressant. Pour l’instant je n’ai qu’un petit garçon et si j’ai la chance d’avoir un second enfant, j’aimerai bien avoir une petite fille mais si c’est un autre garçon ça ne me dérangera pas trop car je me dit que le primordial c’est que cet enfant soit en bonne santé. Si c’est une fille ce sera du bonus. Néanmoins, je peux comprendre que certaines femmes soient très déçus de n’avoir que des enfants du même sexe. D’ailleurs dans mon entourage, j’ai une connaissance qui a fait une dépression du fait d’avoir eu un second garçon et qui encore aujourd’hui a du mal à s’en remettre alors que son second fils a plus d’un an et qui espère avoir une fille à tout prix pour son troisième enfant et j’avoue avoir peur pour son conjoint et ses deux autres enfants si jamais ce troisième bébé s’avère être encore un garçon.

    J'aime

  5. J’ai ressenti une forme de « déception » lorsque j’ai su que j’attendais des garçons. En fait, je crois que j’ai une relation tellement chouette avec ma maman, que je souhaite prolonger sa à la génération suivante (même si aucune garantie de survivre à la crise d’ado d’une fille hihihihi). Je m’en suis beaucoup voulu d’ailleurs d’être déçue, bien consciente de la chance d’avoir des enfants en bonne santé!

    J'aime

  6. Moi, j’ai un garçon et si j’avais un deuxième enfant, je pense que j’aimerais encore un garçon. J’adore ma relation avec mon fils et je trouve que la vie est toujours plus dure pour une fille. Maintenant, si j’étais enceinte et que j’avais une fille, je ne serais pas déçue mais je pense que je serais mon tranquille. Ou pas. Franchement, on ne peut pas savoir. Il y a des choses tellement irrationnelles qui se passent dans notre tête après tout 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. La relation mère-fille n’est pas forcément simple. Moi j’adore discuter avec ma fille, mais c’est vrai que je me sens peut-être un plus exigeante avec elle qu’avec mon fils. Après c’est peut-être simplement l’effet « 1er enfant », je n’en sais rien. Comme tu dis, c’est parfois confus dans nos têtes de mamans ^^

      J'aime

Un petit commentaire à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s