Et maintenant …

IL Y A ENCORE UN AN

Je râlais, car ils avaient tout le temps besoin de nous.
Je m’inquiétais d’une petite montée de fièvre, d’un bleu, d’une bosse…
Je courais partout, tout le temps, pour être avec chacun d’eux et répondre à leurs besoins.
Je mangeais tout le temps froid ^^
Je m’oubliais, je manquais de temps, d’énergie, d’envie.
J’étais maman, qui a toujours travaillé mais quand même très maman malgré cela.
Ma vie tournait autour des enfants. Beaucoup. Énormément.

J’en étais consciente mais je ne faisais rien pour changer tout ça car finalement j’avoue,  j’aimais bien vivre dans cette bulle. Loin des préoccupations du monde « des adultes ». Des souvenirs que je garderai toujours.

Et puis…
Ils sont devenus de plus en plus autonomes, de moins en moins accaparants.
Je suis devenue plus zen, moins fatiguée. Un peu plus confiante.
Et surtout,  j’ai quitté cette bulle. Ce n’est pas toujours facile de tourner la page « bébé ».
Mais je sens que c’est le moment de le faire.
J’ai besoin de retrouver ma place en dehors de la parentalité.
Angoissée pour mes amies quand elles sont enceintes, plus vraiment intéressée par la diversification, l’allaitement, le portage… Tout cela me parait loin (mon petit dernier a 2ans maintenant). 

Evidemment, ils auront encore longtemps besoin de moi. Et c’est mon rôle d’être toujours là pour eux. 

Mais j’ai envie de réaliser d’autres choses aussi. Continuer des projets entamés avant leur arrivée.  Tester, essayer, découvrir des activités nouvelles (par exemple jouer d’un instrument, refaire du théâtre, du yoga, cuisiner, voyager, bouquiner, écrire…). 

Pour moi en premier lieu bien sûr.
Mais pour eux aussi.
Qu’ils aient une maman ouverte au monde, cultivée.
Une maman qui n’est pas restée dans sa zone de confort.
Une maman qui a osé se lancer des défis, prendre des risques, vivre sa vie.
Une maman qui n’est pas qu’une maman.  

(Oui je sais ça ressemble fort à une crise de la quarantaine !un peu en avance…).

Quand on entre dans le monde de la parentalité, on se retrouve avec plein de questions mais aussi  beaucoup beaucoup BEAUCOUP d’informations (relayées partout grâce aux professionnels, au personnel médical, aux divers bouquins spécialisés, à la télé, aux blogs, aux forums sur internet, aux réseaux sociaux…). 

Par contre, la période  « les enfants grandissent, ils passent de bébé à enfant » n’est pas beaucoup abordée je trouve. Et elle n’est pas facile à gérer. Enfin pour moi. Beaucoup de questions, beaucoup de possibilités et finalement la trouille car on repart de zéro. Enfin c’est ce qu’on croit, car on a oublié qu’on avait une vie avant eux. Et pourtant on a passé beaucoup plus d’années sans enfant qu’avec. 

Des réflexions que je vous livre en vrac, de façon très brouillonne mais qui reflètent bien ma réalité du moment et dans lesquelles peut-être vous vous reconnaîtrez.
Je ne sais pas où vous en êtes dans votre parcours de parents, mais je serais heureuse d’en savoir plus sur vous dans les commentaires 🙂 

gratisography-132H.jpg

Quoi ?! Tu as déjà 1an !

Comment c’est possible ?

C’est passé si vite !

Hier encore tu naissais au petit matin, un jour d’automne froid et pluvieux.

Hier encore je t’habillais avec des tout petits pyjamas en 1mois.

Hier encore tu tressautais à chaque bruit.

Hier encore tu t’endormais au sein.

Hier encore tu pleurais de ta voix stridente de nouveau-né.

Hier encore, tu dormais dans notre chambre. 

Et aujourd’hui…

Tu te mets debout, tu te déplaces à 4pattes plus vite que l’éclair.

Tu commences à parler : mama, papa, tata …

Tu éclates de rire comme un adulte.

Tu t’habilles en 2ans.

Tu dois au revoir avec ta mains, tu applaudis, tu fais des bisous. 

Tu manges de tout et presque comme nous.

Tu fais rouler tes voitures, tu tapes avec ton marteau, tu câlines ta poupée, tu feuilletes tes livres…

Tu remets ta tétine tout seul, tu vas chercher ton doudou dans ton lit.

Tu as eu ta première coupe chez le coiffeur.

Tu t’accroches à ton papa et à ta maman quand tu as peur, quand tu veux être rassuré.

Tu as appris à faire tout ça si vite! 

Tu es mon petit dernier, celui qu’on est pas pressé de voir grandir, celui qu’on aimerait garder bébé un peu plus longtemps…

Mais tu t’en fiches toi, tu veux grandir, tu veux apprendre, tu veux découvrir.

Alors je te suis dans tes envies.

Et quand je te vois endormi le soir dans ton lit, je te revois si petit. Mon coeur de maman est empli de nostalgie et de fierté.

Mon bébé bonheur, mon petit garçon si drôle et si sensible, je te souhaite un bel anniversaire.

Ta maman qui t’aime … ❤

img_2315

Ces chouettes moments qui me rendent un peu triste …

Quand ma fille est née, j’ai souvent entendu :

Profite, tu vas voir, ça grandit trop vite!

Et en effet… Chacune des petites étapes de sa vie sont de vrais bonheurs mais qui sont pour moi également teintés de nostalgie et d’angoisse. L’angoisse qu’elle soit grande trop vite, l’angoisse de me dire que mon bébé n’en est plus un. Que chaque jour qui passe, elle a un peu moins besoin de sa maman que la veille. C’est très contradictoire quand on sait que je la pousse beaucoup à l’autonomie (J’ai un problème docteur !!).

Ces moments par exemple:

  • Lorsqu’elle a commencé à manger à la cuillère.
  • Lorsqu’elle s’est tenue assise toute seule.
  • Lorsqu’un jour, elle a décidé qu’elle ne voulait plus « être dans les bras ».
  • Lorsqu’ elle a marché (la plus grande claque je crois…!).

Et récemment :

  • Elle s’habille presque toute seule.
  • Elle ne veut plus entendre parler de sa poussette.
  • Elle veut marcher sans donner la main.
  • Elle parle de mieux de mieux.
  • Elle n’est pas triste quand on la fait garder et qu’on la laisse (elle m’a même déjà claqué la porte au nez pour que je parte plus vite!).
  • Et quand on me dit très souvent : « Oh la la! Mais ce n’est plus un bébé! C’est une vraie petite fille maintenant! Qu’est ce qu’elle a grandi! »

Tout ça m’éloigne de mon bébé, ma toute petite… Ces moments que je ne revivrai plus avec elle.

Et à la fois, c’est tellement fascinant de la voir grandir, évoluer, s’affirmer, devenir une petite personne à part entière.

Et puis de toute façon, on ne peut pas arrêter le temps ! ^^

Rhhha, la mère et ses contradictions….

Est-ce que certaines d’entre vous ont ressenti la même chose ?