Du temps pour elle, lui, moi : l’équation impossible…

Lorsque j’étais seule, je me souviens avoir eu des moments où je m’ennuyais, où je tournais en rond chez moi… Ça vous étonne si je vous dis que je n’ai plus jamais ressenti cet ennui depuis que ma fille est née  ?

Depuis qu’elle est là, mon quotidien a beaucoup changé. Et qu’on ne vienne pas me dire qu’un enfant ça ne change rien. C’est faux

Depuis qu’elle est là, j’ai 10fois plus de choses à gérer qu’avant. Et pourtant, je n’ai pas plus de temps. 

J’ai le même travail qu’avant, à temps plein, qui m’occupe autant qu’avant.
Nous avons une maison, qui demande beaucoup plus de boulot que notre ancien appart (un jardin pas encore fait, un étage à construire… Arf…).
Nous avons du coup un budget un peu moindre, qui demande à être géré plus rigoureusement (en d’autres termes, finis mes craquages inutiles, on achète IN-TE-LLI-GE-MMENT!)
J’ai les mêmes amis (dont certains que je vois beaucoup moins, car je n’ai pas toujours le temps. Ce qui me peine beaucoup d’ailleurs)
J’ai la même famille, dont je suis très proche et avec laquelle je passe autant de temps qu’avant (voire même un peu plus) 
J’ai le même chéri (heureusement 🙂), que parfois j’ai l’impression de croiser plus qu’autre chose.
J’ai les amis du chéri, la famille du chéri, éparpillés un peu partout en France que nous essayons de voir régulièrement.

Et il y a la puce, qui nous demande beaucoup de temps. Nous essayons de lui faire découvrir plein de choses, nous prenons le temps de jouer avec elle, de lui parler… Et tout ça remplit bien l’emploi du temps ! 

Bref, maintenant je comprends. Je comprends pourquoi je n’ai plus le temps de m’ennuyer comme avant. Et parfois c’est dur. Surtout pour quelqu’un comme moi qui aime de temps en temps rêvasser, traîner, procrastiner..

Et puis ces moments à m’occuper simplement de moi « tiens, j’irais bien chez le coiffeur! », « je vais aller boire un verre avec des copines », ou « plus rien dans le frigo, c’est pas grave :  resto! ». Bien sûr je vais au restaurant, je vois mes copines, je vais chez le coiffeur. Et je ne me plains pas car je sors assez souvent. Mais ce n’est plus spontané comme avant. Il faut que je trouve quelqu’un pour garder la puce (heureusement ma mère ❤ est tout près et me dépanne souvent) et caler une date. Bref S’OR-GA-NI-SER. 

Et parfois ça me pèse de devoir tout programmer, anticiper pour pouvoir débloquer quelques moments de tranquillité, de loisirs… 

Je ne culpabilise absolument plus quand je sors sans ma fille. Je l’ai fait au début et puis j’ai appris avec le temps à profiter de ces moments, bien plus qu’avant. Maintenant, quand je vais au resto, au ciné, faire les soldes pour moi, ce sont de vrais moments de fête! Car ils sont plus rares qu’avant. Ils me reboostent et me permettent de retrouver ma famille en étant sereine et détendue. 

Et quand je déprime de ne pas réussir à tout équilibrer comme j’aimerais, je la regarde et je me dis que nous avons fait le bon choix. Que sans elle, la vie serait plus calme, plus tranquille, plus reposante certes, mais sans soleil, sans joie, sans couleur...

WP_20150905_020 (2).jpg

 

Publicités