Choisir ses mots quand on parle aux parents…

ob_b14214_banniere-ecole

Dans mon métier de professeur des écoles, je suis amenée à discuter avec des parents (encore plus depuis que je travaille en maternelle).

La question qui revient le plus est certainement celle-ci:

Comment ça se passe en classe pour mon fils/ma fille?

C’est une question tout à fait légitime, surtout avec des enfants de 2-3ans qui parlent peu et qui sont souvent incapables de raconter leur journée (ou quelques bribes « Bah tu sais j’ai monté sur le vélo rouge! Bah tu sais, Félix il a tapé! »). Sans compter ceux qui ne veulent rien raconter de ce qui se passe à l’école 🙂

Les parents aiment (et je les comprends), avoir un petit bilan de la journée. Et surtout savoir comment leur enfant se sent et se comporte à l’école.

Et là, on se doit d’être honnête, et concis (car c’est souvent dans le couloir à l’heure de la sortie!).

Je dis ce qui va et ce qui ne va pas. Je donne des exemples et je suis toujours positive sur l’enfant même quand il y a plein de problèmes. Je valorise à fond ses réussites.

Je ne juge pas l’éducation des parents, ce n’est pas mon boulot. Je ne donne des conseils que si on m’en demande et que j’en ai des pertinents (ce qui est loin d’être toujours le cas, eh oui les maitresses n’ont pas réponse à tout ^^).

Un enfant de petite section qui bouge beaucoup, n’écoute pas l’adulte, a du mal à intégrer les règles de vie en collectivité, c’est tout à fait courant. Certains enfants ont besoin d’un peu plus de temps que les autres. C’est souvent une question de maturité et ça s’améliore souvent naturellement quand l’enfant grandit.

Je suis en revanche très vigilante face à des enfants qui ne parlent pas du tout, ou qui peuvent se montrer extrêmement peureux, ou encore face à des enfants très violents dans leurs gestes ou leurs mots. Je demande parfois à rencontrer les parents quand je veux les informer mais aussi leur demander comment ça se passe à la maison (pas pour fouiner hein … mais pour comprendre). Par exemple, il y a quelques années,  j’ai eu un élève de ce1 qui avait de grosses difficultés de mémorisation. Incapable de retenir une poésie par exemple. Et en discutant avec la maman, j’ai appris qu’il était né très grand prématuré, et que ça pouvait jouer sur sa mémoire.

D’ailleurs, les parents qui me lisent, n’hésitez pas à informer l’instit de votre enfant de choses particulières qui pourraient jouer sur son comportement ou son travail en classe. C’est important pour nous qui passons la journée avec eux et ça évite certaines incompréhensions. 

Certains parents viennent très souvent me parler, d’autres jamais. Je respecte leur choix.

Mais ce que j’évite par dessus-tout, c’est de mettre une étiquette sur leur enfant. La pipelette, le maladroit, le mauvais élève, le malpoli, le turbulent…

Un élève turbulent n’est pas QUE ça. Insister constamment dessus ne va pas l’aider à progresser et à le sortir de cette « case » dans lequel on l’a mis. Valoriser ce qu’il sait faire sera bien plus efficace.

Bref, la relation parents-enseignants est hyper importante ! Il faut vraiment voir les choses comme un travail d’équipe, je pense que c’est la clé pour aider nos enfants/nos élèves à se sentir bien à l’école.

Et chez vous comment ça se passe avec l’enseignant de votre enfant ? 

Publicités

La réunion de rentrée racontée par la maîtresse …

Dans toutes les écoles, en début d’année scolaire, chaque enseignant organise une réunion de rentrée. Les parents sont invités en général dans la classe, et on leur explique l’organisation, l’emploi du temps, les projets…

C’est une réunion que nous avons l’obligation de faire, qui peut durer de 30 min à 3 h (pour les plus bavards^^).

La mienne a eu lieu cette semaine un soir à 18 h. J’adore mon métier, j’adore être avec les enfants mais je déteste cette réunion de rentrée ! 

Une vingtaine de parents assis face à moi, qui m’ont confié la prunelle de leurs yeux et qui donc attendent beaucoup de l’école, et de moi… Ça a de quoi fiche la trouille

Je note tout ce que je dis, je prépare bien mon texte. Ils arrivent, le stress monte (et oui, une instit ça peut être timide !). Tout le monde s’installe sur les mini-chaises de ma table (avec le menton qui touche les genoux) et c’est parti je me lance !

Merci à tous d’être venus ce soir. Je vais vous expliquer comment se passe une journée en petite section ainsi que tous les projets que je souhaite mettre en place cette année…

Je commence. Certains me regardent sévèrement, d’autres prennent des notes, les parents qui connaissent déjà l’école papotent entre eux, d’autres me sourient ou acquiescent (ce sont ceux que je regarde le plus, ça me met un peu plus à l’aise). 

Je parle de mon projet « ateliers cuisine en classe » en demandant la participation de certains parents pour nous aider. Zéro réaction.

Je parle du projet « prêt de livre » à la bibliothèque de la commune : aucune réaction.

Puis de mes ateliers Montessori (si ça vous intéresse je pourrais vous en reparler dans un prochain article), de la motricité, du travail littéraire, de l’art visuel, des ateliers mathématiques, du travail autour du prénom, des chants et comptines, de l’écoute musicale, de l’initiation à l’anglais…

45 min plus tard, j’ai fini mon laïus (je n’ai au final rien lu de ce que j’avais écrit) et demande:

Avez-vous des questions ? 

Quelques parents seulement en ont. Cette année j’ai eu :

Quelles sont les compétences à acquérir en petite section?

Ils sont obligés de vous demander pour aller aux toilettes?

Pouvez-vous nous donner sur clé USB l’air des chansons qu’ils apprennent?

A quelle heure commence la sieste?

Que faites-vous s’ils ne veulent pas faire la sieste (…Je les assomme…^^)

Mon fils de PS2 ne va pas s’ennuyer avec les PS1?

Pas de question idiote, je réponds à tout. Je suis tout de même surprise par la dernière question. Bien sûr que je ne laisse pas les enfants s’ennuyer, je différencie le travail en fonction de leur niveau. Certains parents voient en priorité le côté « scolaire » de l’école en oubliant parfois le plus important : en petite section, l’enfant va apprendre avant tout à vivre avec les autresse faire comprendre,  donner son avis, dire ses besoins, mais aussi devenir autonome dans le travail et dans les gestes du quotidien. Sans tout ça, il ne pourra pas accéder aux savoirs. 

Ne pas aller trop vite ni griller d’étapes. L’école maternelle c’est apprendre à être élève avant tout

Aux parents qui me lisent, ne mettez pas la pression à votre tout-petit ! N’oubliez pas qu’il lui reste encore un paquet d’années à l’école ! C’est important que sa première année se passe tranquillement et lui donne le goût de l’école. 

Bon voilà, ma réunion est finie. Je souffle. J’espère juste que les parents me feront confiance. 

Racontez-moi celle de votre enfant, s’est-elle bien passée ? 🙂

Une journée en petite section : suivez-nous !

Que fait-on à l’école quand on est en petite section ? 

WP_20150826_004

Allez je vous amène une journée avec moi dans ma classe et je vous raconte tout !

8h35 : C’est ce qu’on appelle « l’accueil ». Les parents amènent leurs enfants directement dans la classe, on se dit bonjour et ils s’installent à un jeu que nous avons mis en place l’Atsem et moi. Ils peuvent dessiner, faire des puzzles, enfiler de grosses perles sur des lacets, ou encore jouer dans les coins-jeux (chambre, cuisine, coin voitures, coin bibliothèque). Les parents peuvent s’installer et jouer avec leur enfant (ou pas s’ils n’ont pas le temps ^^)

9h : Les derniers parents s’en vont. Et nous nous regroupons sur les bancs de la classe dans notre coin « regroupement ». Pour aider au regroupement, souvent je m’y installe seule et je chante ou je secoue un bâton de pluie. Cela fait réagir les enfants et ils viennent me rejoindre. Ensuite je fais l’appel, nous faisons quelques comptines et j’explique un peu le programme de la matinée. Ce temps doit être très court en petite section (pas plus de 5min en début d’année) car certains élèves ont beaucoup de mal à rester assis et concentrés plus longtemps.

9h15: Direction la salle de motricité (après un passage aux toilettes). Chaque jour nous faisons un peu de sport. C’est essentiel car à 3 ans, les enfants ont encore plein de choses à apprendre au niveau moteur. Selon les jours nous faisons donc des parcours, des rondes, des jeux collectifs, des activités de type « athlétisme » (courir, sauter, lancer). Certains enfants sont très prudents, d’autres très fonceurs. Certains respectent les règles, d’autres ne sont que dans l’action… L’objectif étant d’apprendre à mieux connaître son corps, mais aussi à bien s’en servir, le respecter et respecter les autres et les règles du jeu. Beaucoup d’enjeux donc dans les activités sportives !

9h45: Nous retournons en classe et nous nous installons aux différentes tables pour faire une première série d’ateliers. Nous travaillons la logique, le langage, la numération, la dextérité fine… Deux ateliers sont dirigés (un avec moi et un avec l’Atsem) et deux autres sont en autonomie. Chaque atelier ne dépasse pas 20min en début d’année. Le plus dur avec certains élèves étant de leur faire comprendre qu’il faut aller au bout de l’activité, certains ont tendance à zapper vite. En début d’année je suis plus indulgente mais petit à petit je leur demande un temps de concentration plus long.

Je ne fais pas de groupes de couleurs ou d’animaux dans ma classe. J’installe les ateliers et les élèves viennent s’y installer de façon autonome. La contrainte étant « tu choisis l’atelier que tu veux mais tu dois en faire un obligatoirement« . Parfois certains élèves (peu sûrs d’eux par exemple) vont faire plusieurs jours de suite le même atelier. Ce n’est pas grave, au contraire, c’est valorisant pour eux car au bout d’un moment ils sont à l’aise sur l’atelier et le réussissent sans problème. D’autres sont très organisés et tournent sur les ateliers de façon méthodique. Je ferme l’atelier quand je suis sûre que chaque enfant l’a fait au moins une fois. Et j’en installe un autre à la place. Je note sur une petite liste qui est passé sur l’atelier et comment ça s’est déroulé (trop facile, trop difficile, RAS…) pour mieux savoir où chacun en est.

(Ce système d’inscription volontaire aux ateliers bien que mis en place depuis une semaine seulement, fonctionne bien. Il autonomise les enfants. Je ne leur impose pas l’atelier, du coup ils ont une marge de manœuvre et décident eux-mêmes. Cela les responsabilise et ils sont du coup beaucoup plus partants).

10h15: Nous rangeons et nous nous regroupons. Je leur raconte une histoire. Là encore, il ne faut pas que ça s’éternise. Certains élèves adorent les histoires alors que d’autres se lèvent, gigotent et n’écoutent plus au bout de 2 min. Je théâtralise beaucoup  (gestes, voix rigolote, je mets le paquet pour les intéresser!)

10h30 : un verre de jus de fruit dans la classe, toilettes, et on s’habille pour la récréation. En début d’année, nous passons beaucoup de temps dans les toilettes et dans l’habillage! Apprendre à se rhabiller, à se laver les mains (et oui ça s’apprend le lavage des mains ^^), à mettre ses chaussures, ça fait partie des compétences travaillées en petite section !

10h45 : récréation (30min en maternelle contre 15min en élémentaire)

11h15 : retour en classe (toilettes encore, poser les manteaux) et nous commençons notre 2nde série d’ateliers. Cette fois nous faisons des arts visuels, du graphisme et des jeux de société. En début d’année, on apprend à faire des traces par exemple à la peinture avec plein d’objets différents. Puis on fera des formes, on apprendra à tenir correctement un pinceau, un crayon et petit à petit on rentrera dans des activités graphiques (rond, point, vagues…). Tout ceci en vue de les préparer à l’écriture qu’ils commenceront en moyenne section. En art visuels, on travaille également sur les couleurs, on mélange, on crée des nuances, des camaïeux… Et on les nomme aussi. On utilise plein de supports différents. Et puis on fait aussi des ateliers jeux de société qui vont nous permettre de travailler les règles du jeu, le respect des consignes, ainsi que différentes compétences mathématiques et bien sûr le langage.

11h50: Regroupement. A ce stade les élèves sont souvent un peu fatigués, un peu mous, ils ont faim et certains commencent à réclamer leurs parents (et oui ça fait long pour eux!). Je mets alors un CD de musique relaxante ou de sons à reconnaître (animaux, bruits de la nature). Et puis on chante, très souvent!

12h: Ca y est les papas, les mamans, les nourrices arrivent ! La quasi-totalité des enfants partent et ne reviennent pas l’après-midi. Pour les autres c’est la cantine !

13h : Sieste pour les enfants de la cantine surveillée par l’Atsem. Moi je ne dors pas (dommage, c’est pourtant l’heure du coup de mou…). Pendant ce temps, j’enseigne l’anglais aux enfants de CE2, CM1 ou CM2.

15h : Après 2h de sieste, les enfants se réveillent et se rhabillent avec mon aide dans la classe. Encore une fois ils apprennent à se débrouiller tout seuls pour se rhabiller. Petit passage aux toilettes (encore…^^) et petite récréation.

15h45: Retour en classe et c’est l’heure des parents! Avec les nouveaux rythmes scolaires, nous finissons tôt et nous n’avons pas le temps de refaire d’activité l’après-midi. A voir si les enfants dorment un peu moins, plus tard dans l’année…

Voilà ! Vous savez tout (ou presque)! Au sujet du contenu des ateliers, je ne suis pas rentrée dans les détails mais nous devons suivre le programme (de l’Education Nationale) qui détaille les compétences que les enfants doivent travailler niveau par niveau. Rien n’est fait au hasard, je prépare tout à l’avance « Quoi? En maternelle t’as des choses à préparer ? Pourtant ils font pas grand chose à cet âge! ». Je vous épargne les 19 pages du programme concernant la maternelle. Mais si vous le souhaitez je pourrai vous refaire un article qui détaille tout ce qu’on travaille sur l’année de petite section.

J’espère avoir pu éclairer la lanterne de certains parents ^^ Mon fonctionnement est personnel (et pas forcément le meilleur du monde hein ^^) mais pas mal d’enseignants ont à peu près le même emploi du temps que le mien.

A TRES VITE ! 🙂

Quand les parents déposent leurs petits à l’école : la rentrée en petite section

Je sais je fais pas super sympa sur la photo... ^^
Je sais je fais pas super sympa sur la photo… ^^

Comme vous le savez, je suis professeur des écoles. Je travaille dans une petite école de campagne. Après 5 ans de CE1, j’ai décidé cette année de prendre la classe de petite section

Ma classe compte 20 élèves (8 tout petits PS1 et 12 petits PS2). Seuls 14 étaient présents en ce jour de rentrée (les autres ne sont pas encore prêts et arriveront plus tard). L’idéal pour gérer au mieux ce passage à l’école.

Je suis arrivée très tôt ce matin-là, un peu tendue. Comme toute bonne maîtresse qui se respecte, j’ai très mal dormi (eh oui il n’y a pas que les enfants qui dorment mal les veilles de rentrée). Les jeux étaient installés dans la classe. L’Atsem qui m’accompagne était prête à les accueillir. Nous attendons donc dans la classe.

8h45, le portail grince, ça y est les voilà!  Ils sont arrivés petit à petit très calmement. Tous bien habillés, (Oh les belles tenues de rentrée!), un tout nouveau cartable et des chaussures « qui courent vite »^^.  Les parents n’osaient pas trop rentrer, notamment ceux qui ne connaissaient pas l’école. Je leur ai dit de rentrer, de visiter, de ne pas hésiter à me poser des questions et puis bien sûr j’ai pris soin de discuter avec chaque parent et chaque enfant afin de les mettre à l’aise.

Tous les parents ne réagissent pas pareil : il y a les parents habitués (qui ont déjà leurs grands enfants dans l’école). Pour eux ça va très vite, ils connaissent le fonctionnement, jouent un peu avec leur enfant, me donnent les papiers déjà remplis et signés,  un bisou et au revoir. 
Il y a les jeunes parents, qui appréhendent ce moment. Souvent ils sont là tous les deux (papa et maman), peu bavards, à scruter les moindres réactions de leur enfant. . En général je viens discuter avec eux mais pas forcément uniquement de leur enfant. Nous parlons un peu de tout (je fais diversion en fait pour qu’ils dédramatisent ce moment ^^). Une maman est arrivée avec les yeux rouges, mais elle s’est vite tranquillisée en voyant que sa fille s’est tout de suite plu dans la classe. Et puis il y a les parents bavards,détendus qui me racontent toutes leurs vacances d’été et qui viennent s’installer aux jeux avec leur enfant puis discutent avec les autres Et enfin les parents paumés qui ne savent plus bien les horaires, ne se souviennent pas s’ils ont reçu le dossier d’inscription et qui ont oublié le doudou, le duvet, les chaussons… ^^

Tous ces parents, aussi différents soient ils, ne souhaitent que le bien-être de leur enfant. Et c’est également notre souhait premier à nous, les enseignants.

Les petits réagissent également différemment face à l’école! Il y a ceux qui se jettent sur les jeux et oublient de dire au revoir. Il y a ceux qui ne veulent pas lâcher les bras de maman. Il y a ceux qui ne veulent pas me lâcher moi (ça s’attache vite à cet âge^^).

De manière générale, les petits m’ont surpris par leur indépendance et leur autonomie. Seul un enfant a fait une grosse  hier matin car il voulait repartir avec son papa. Il s’est même débattu en hurlant (ce qui a fait peur à certains… Super^^). J’ai fini par me mettre avec lui dans une autre pièce et le garder dans les bras  pour qu’il se calme. Il s’est détendu et en 15min c’était fini (mon épaule s’en souvient encore par contre). Mais c’est très anecdotique. La majorité des enfants  n’a eu aucun mal à s’adapter à ce nouvel environnement. Quelques parents étaient d’ailleurs très surpris que « ça se passe aussi bien ». Et oui, souvent on s’imagine le pire quand on est parent ! 

Dans la matinée, certains m’ont bien demandé « c’est quand l’heure des mamans? ». Il suffit de leur donner quelques repères temporels très concrets (on fait le sport, puis la récréation, la peinture, une chanson et après c’est l’heure des mamans). Et ça se passe très bien! J’ai fait quelques petits câlins, quelques petits bisous et c’était reparti, juste histoire de se donner des forces 🙂

Bref, une très bonne rentrée, des enfants heureux de venir, des parents qui nous font confiance. Une belle année à venir ! 

Dans le prochain article, je vous emmène une journée avec nous dans la classe pour vous raconter tout ce qu’on y fait 🙂

Et vous, parents, comment avez-vous vécu la rentrée de votre enfant ?

Quelques conseils de maîtresse aux parents pour la rentrée

16386839-illustration-clipart-d-un-enseignant-dame-outlined

La rentrée approche. Les enfants sont tout excités et les parents souvent un peu angoissés.

Ce n’est pas la maman mais la maîtresse d’école qui vous écrit aujourd’hui 🙂

Je vous donne quelques conseils pratiques pour aborder cette reprise en douceur.

  • La rentrée est certes un moment important de la vie de votre enfant (surtout quand c’est sa 1ère rentrée). Mais c’est une étape normale de sa vie qu’il ne faut pas trop « stigmatiser ». Il faut donc en parler mais éviter de rabâcher tous les jours que c’est bientôt la rentrée. Il va comprendre que vous êtes anxieux (car oui oui vous l’êtes ^^) et ça risque de le stresser lui aussi.
  • Pour l’école, évitez les vêtements auxquels vous tenez beaucoup ou trop fragiles. Idem pour les cartables et les chaussures. Ils ont une durée de vie très limitée à l’école donc ce serait dommage…!
  • Pour les petits, pensez à des vêtements et des chaussures faciles à enlever, ça leur facilitera la vie pour les toilettes et la sieste (et ça facilitera celle de la maîtresse^^)
  • Étiquetez ses affaires à son prénom (+nom). Très souvent je vois des parents qui me demandent « vous n’avez pas vu un gilet bleu marine? » Euh…Il y avait son nom dessus? « Ah non… » Avec plus de 150 élèves dans mon école, je vous laisse calculer le nombre de gilets …!
  • Pour les petits, laissez-les amener leur doudou, leur tétine ou les objets qu’ils souhaitent emporter pour les montrer aux autres (au moins à la rentrée si ça les rassure, l’objectif étant qu’ils se sentent bien tout simplement)
  • Ne paniquez pas s’il y a des petits accidents de propreté avant la rentrée. Ça peut être signe de stress et ça ne veut pas dire qu’il n’est plus propre. Prévoyez bien une tenue de rechange dans son sac, pour les accidents. Ça peut arriver à l’école et ce n’est pas grave du tout!
  • Abordez l’école avec lui de façon positive. Je sais que ce n’est pas toujours facile, notamment pour ceux qui en ont de mauvais souvenirs, mais essayez de rester positif et léger sur le sujet.
  • Au lieu de lui dire « T’as intérêt d’être sage et de bien travailler! » dites lui plutôt « profite bien de ta journée, fais du mieux que tu peux, je suis fier(e) de toi! » Ça changera tout !
  • N’oubliez surtout pas de l’embrasser quand vous partez (ne fuyez pas comme un voleur ça pourrait être très très perturbant pour lui). Dites-lui que vous avec confiance en lui et que vous l’aimez 🙂

Et enfin, n’hésitez pas à venir nous parler, à nous les enseignants, de vos craintes, vos angoisses ou quoi que ce soit qui vous pose question. Ne quittez pas l’école avec des questions sans réponse qui risquent de vous travailler toute la journée. Nous sommes là pour ça ! Un vrai travail d’équipe parents/enseignants pour le bien-être de vos bouts de choux !

Allez bonne rentrée à tous, profitez bien du weekend avant !

Et surtout ne vous inquiétez pas, tout va très bien se passer, parole de maîtresse ! 🙂